Les cinq moments forts d’une journée historique à Berne

Elections au Conseil fédéralL’Assemblée fédérale a ri, voté, acclamé et choisi la composition du nouveau Conseil fédéral. Récit d’une matinée très suisse.

Anciens et nouveaux conseillers fédéraux posent pour la photo de presse.

Anciens et nouveaux conseillers fédéraux posent pour la photo de presse. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Cela n’a pas traîné. Les deux favorites, Viola Amherd (PDC) et Karin Keller-Sutter (PLR), n’ont laissé aucune chance à leurs concurrents de la Suisse centrale, Heidi Z’graggen (UR) et Hans Wicki (NW). Elles ont plié le match en un tour. Récit en cinq points d’une journée historique avec l’élection concomitante de deux femmes.

Rire, c’est bon pour la santé sous la Coupole fédérale

Avant d’élire les nouveaux au Conseil fédéral, on prend congé des anciens. Qui en profitent pour livrer leur «testament». À ce petit jeu, c’est le soporifique Johann Schneider-Ammann qui a volé la vedette à la charismatique Doris Leuthard. Le ministre PLR a aligné les bons mots. Debout devant l’assemblée, il a démarré très fort son discours par: «Si vous me demandez quel est mon meuble préféré, il ne me viendrait pas à l’idée de prétendre que c’est le pupitre de l’orateur.» L’Assemblée fédérale se gondole. Elle éclate de rire aussi quand la présidente du National, Marina Carobbio, fait un éloge curieux de Leuthard en disant qu’elle n’est jamais émotionnelle. Grimace de Leuthard devant cette «fake news», car tout le monde l’a vue verser des larmes lors de l’inauguration de la nouvelle traversée du Gothard. Ou alors quand elle remercie son mari pour son soutien indéfectible. Mercredi, elle a d’ailleurs eu la voix cassée en réitérant l’exercice.

Le coup de maître(sse) de Viola Amherd

Les choses sérieuses commencent par l’élection du siège PDC au gouvernement. Le suspense n’est pas grand et des élus font déjà des selfies avec Amherd. Cette dernière réussit cependant un coup de maître(sse). Elle l’emporte au premier tour par 148 voix contre 60 à sa concurrente Heidi Z’graggen. Une victoire nette et surtout express qui électrise l’Assemblée d’où monte une clameur à l’annonce du résultat. «Je ne m’attendais pas à être élue au premier tour», confessera Amherd. C’est vrai que c’est rare. Il faut remonter à 2006 et à Doris Leuthard pour trouver un tel succès. L’outsider Z’graggen a échoué à convaincre un autre groupe que l’UDC. Uri attendra toujours son premier conseiller fédéral.

Keystone

Petit coup de frein pour la reine Karin Keller-Sutter

On se dit que Karin Keller-Sutter (KKS), soutenue par presque tous les partis, va crever le plafond et engranger au premier tour un bon 170 voix. Raté. Elle fait à peine plus qu’Amherd en totalisant 154 voix. Hans Wicki recueille 56 voix alors que 27 autres voix partent dans la nature. Manuel Tornare (PS/GE) explique ce coup de frein à la reine KKS par le fait que l’élue «donnait déjà l’impression que sa nouvelle fonction lui était montée à la tête». D’autres élus de gauche rappellent aussi que son positionnement très à droite a braqué certains. Isabelle Chevalley (Vert’lib) préfère voir le verre complètement plein et ne retient que «la superbe victoire simultanée de deux femmes».

Keystone

Les ratés de l’UDC et du PS dans leur tactique

La messe étant dite, l’heure des comptes arrive. On retiendra que l’UDC a grillé très rapidement Heidi Z’graggen en lui apportant un soutien trop ostentatoire. Cela a fait office de repoussoir pour les autres partis. Mais l’Uranaise a surtout échoué au PLR lors de son audition. À l’autre bord politique, au PS, le président Christian Levrat se félicite de la tactique de son parti qui a masqué jusqu’au bout son soutien à sa favorite, Viola Amherd, pour ne pas lui coller l’étiquette «gauche». Un jeu de cache-cache qui a un prix: le mensonge. Le parti a en effet raconté officiellement n’importe quoi en disant qu’il ne soutenait aucune candidate alors qu’en fait il votait Amherd des deux mains.

Pas de «gilets jaunes» mais une concordance entre partis

En Suisse, il n’y a pas un homme au sommet de l’État dont on attend tout. Du coup, il n’y a pas de «gilets jaunes» qui réclament sa tête. Des centaines de Valaisans et de Saint-Gallois attendaient pacifiquement mercredi sur la place Fédérale leurs deux élues. Et l’harmonie régnait en maître sous la Coupole entre les partis. L’UDC Ueli Maurer a réalisé un score canon en recueillant 201 voix pour la présidence sur 232. Et les deux nouvelles venues dans le gouvernement n’ont pas arrêté de parler de «concordance», de «nécessité du compromis», «de tirer à la même corde pour dégager des solutions». Une liturgie très helvétique qui s’est conclue avec le mantra de KKS: «Nous ne pouvons gagner qu’ensemble.» Amen. (TDG)

Créé: 05.12.2018, 22h02

Articles en relation

Comment les femmes ont reconquis le pouvoir

Conseil fédéral Les élections de Karin Keller-Sutter (PLR) et Viola Amherd (PDC) ne tombent pas du ciel. Dans les coulisses, des artisans de la reconquête des femmes racontent. Plus...

Pas à pas, elles ont posé les bases de leur conquête

Politique Le Matin Dimanche Si deux femmes sont élues au Conseil fédéral en décembre, ce sera certainement celles-ci. Karin Keller-Sutter (PLR/SG) et Viola Amherd (PDC/VS) savaient que ce destin pouvait les rattraper. Retour sur leurs parcours particuliers. Plus...

«J’ai ressenti physiquement la responsabilité»

Interview Pour sa première conférence de presse, la PLR Karin Keller-Sutter a été d’une étonnante franchise dans ses réponses. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...