Guy Parmelin se fait traiter de censeur

PesticidesAu cœur du débat: un document de chercheurs sur les pesticides. L’UDC réfute toute ingérence

Le conseiller fédéral Guy Parmelin, en charge du département de l'Economie.

Le conseiller fédéral Guy Parmelin, en charge du département de l'Economie. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Zensurminister» ou «ministre de la censure». C’est ainsi que «Blick» qualifie ce lundi le conseiller fédéral Guy Parmelin. Selon le récit du journal alémanique, le débat trouve son origine dans un document où des chercheurs de l’Eawag, l’Institut fédéral suisse des sciences et technologies de l’eau, soulignent la nécessité d’agir face à l’utilisation de pesticides dans l’agriculture. Le quotidien reproche au ministre d’avoir empêché sa diffusion. «Je n’ai jamais bâillonné l’institut», rétorque le Vaudois sur Twitter.

Pour mémoire, deux initiatives populaires, qui ont abouti, s’attaquent à l’usage de pesticides dans notre pays. La première demande que les paiements directs ne soient plus accordés aux exploitations agricoles qui en utilisent. La deuxième veut interdire les pesticides qui n’existent pas dans l’environnement ainsi que les aliments qui en contiennent.

Une fiche technique

Dans ce contexte, des chercheurs de l’Eawag ont réalisé une fiche technique. Selon «Blick», ils y soulignent que l’utilisation des pesticides dans l’agriculture met en danger la qualité de l’eau en Suisse et qu’il faut craindre des effets négatifs sur la reproduction, le développement et la santé des plantes, des animaux et des micro-organismes. Ils préciseraient qu’ils ne donnent pas de recommandation de vote et qu’il est difficile d’évaluer, sur la base des connaissances actuelles, si les initiatives permettraient d’améliorer la qualité de l’eau. Un professeur a en outre publié en septembre une tribune dans la «NZZ», dans laquelle il plaide pour un contre-projet aux initiatives, avec un plan contraignant de réduction des produits phytosanitaires.

Le 10 octobre, Guy Parmelin a rencontré la présidente ad interim du Conseil des EPF ainsi que la directrice de l’Eawag. Cette dernière a par la suite envoyé à ses collaborateurs une note interne, que s’est procurée le quotidien alémanique. Elle indiquerait que le ministre UDC respecte et apprécie l’indépendance de l’Eawag, mais qu’il ne faut pas critiquer publiquement les décisions du Conseil fédéral.

Selon «Blick», Guy Parmelin aurait veillé à ce que la fiche d’information reste confidentielle. Le ministre s’inscrit en faux. Pourquoi ne trouve-t-on rien sur le site de l’Eawag? L’institut explique qu’il s’agissait d’un document de travail préparé en mai pour les commissions de l’économie du parlement et qui n’était pas prévu pour publication.

Des divergences d’opinions

Guy Parmelin ajoute que c’est à leur demande qu’il a reçu la directrice de l’Eawag et la présidente ad interim du Conseil des EPF, pour un échange de vues. Vu l’ampleur du débat, les deux femmes voulaient en parler avec le ministre, précise son porte-parole, Erik Reumann. Il ajoute qu’il y avait des divergences sur le contenu du document, car la manière de calculer les valeurs limites n’était pas la même. «Notre but commun est clair: nous voulons d’un côté garantir l’indépendance de la recherche scientifique, de l’autre assurer sa neutralité politique», assure le ministre sur Twitter.

Selon un collaborateur de l’Eawag, il y a eu des divergences d’opinions, mais il ne parlerait pas de censure. «J’ai moi aussi reçu le mémo et je n’ai pas ressenti que j’étais bloqué dans mes possibilités de parler.»

Créé: 11.11.2019, 20h21

Articles en relation

La Suisse peine à interdire des pesticides dangereux

Agriculture Le Matin Dimanche Il faut des années pour bannir les produits identifiés comme toxiques, y compris pour l’homme. Pour la première fois, la Confédération admet des défaillances dans son système d’autorisation. Plus...

Les gardiens de l’eau potable s’attaquent aux pesticides

Pollution Quelque 170 000 Suisses boivent de l’eau polluée par des résidus. Les chimistes cantonaux demandent des règles plus strictes Plus...

Alerte aux pesticides dans l’eau potable

Environnement Les résidus de chlorothalonil, un fongicide déclaré potentiellement cancérigène, contaminent plusieurs captages. Sur le terrain, les critiques montent contre la lenteur de Berne à identifier et interdire les produits dangereux. Plus...

La pression monte contre l’usage des pesticides

Environnement Les Jeunesses de partis de droite plaident pour une alternative aux deux initiatives débattues dès ce mercredi au Conseil national. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...