Comment le PDC compte renouer avec les électeurs

Elections fédérales 2019Le parti centriste mise sur la concordance pour rester la quatrième formation du pays. Traditionnel? Essentiel, répond-il.

Gerhard Pfister (à g.) et Filippo Lombardi ont tenu la vedette lors des traditionnels Entretiens de l’Épiphanie du PDC.

Gerhard Pfister (à g.) et Filippo Lombardi ont tenu la vedette lors des traditionnels Entretiens de l’Épiphanie du PDC. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le ton sonne moins conquérant qu’en 2014. À l’aube des élections fédérales, le président du PDC d’alors, Christophe Darbellay, mettait des chiffres sur la table. Son ambition était de gagner 2 points pour obtenir 14% des suffrages. En assemblée, le Valaisan haranguait la foule avec la gouaille qu’on lui connaît: «Doris Leuthard est considérée comme la meilleure conseillère fédérale par 75% des Suisses. Le PDC devrait donc être capable de drainer 15 à 20% de l’électorat!»

La suite est connue. Avec 11,6% des voix en 2015, le PDC n’a pas su renverser la lente érosion dont il est victime. En cette année électorale, alors que les premiers sondages le prédisent légèrement en recul, le danger pour lui serait même de tomber en dessous de la barre des 10%… nez à nez avec les Verts.

Vendredi à Berne, à l’occasion des traditionnels Entretiens de l’Épiphanie du PDC, son président actuel, Gerhard Pfister, s’est bien gardé d’articuler des ambitions chiffrées par rapport aux scrutins de cet automne. Mais le Zougois affirme que le parti est mieux préparé qu’en 2015. «Et nous entrons en campagne avec plus de candidats que jamais», ajoute-t-il.

Un parti trait d’union

Pour son slogan, le PDC a relégué la famille à l’arrière-plan. Il opte pour «PDC. Le trait d’union». Sa recette phare? La concordance. Du concret aux yeux de Gerhard Pfister. «Le sens du consensus a souvent fait défaut durant cette législature. Par conséquent, les grands projets de réformes indispensables à la Suisse ont échoué.» Il cite la réforme des retraites ou celle de la fiscalité des entreprises.

Mais la concordance, est-ce bien sexy pour draguer l’électeur? «Vous allez nous dire que c’est traditionnel et guère nouveau. Mais s’il est bien un thème où la concordance est importante cette année, c’est celui des relations avec l’Union européenne», enchaîne Filippo Lombardi (TI), chef du groupe parlementaire démocrate-chrétien.

Le Conseil fédéral a publié fin décembre les résultats des négociations sur un accord-cadre avec l’UE. Il veut mener une consultation à ce sujet. Mais les fronts sont bloqués, dans la mesure où l’UDC rejette le projet, tandis que le Parti socialiste fustige certains points de l’accord. Le PDC revendique ainsi un rôle de trait d’union dans ce dossier.

«Nous avons gagné un répit de six mois avec cette consultation. Le moment est venu de travailler pour la concordance et de ne pas utiliser ce thème de l’Europe pour profiler un parti, un syndicat ou même un candidat, si je vois ce qui se passe à Zurich, affirme Filippo Lombardi. Mais ceux qui pensent que les choses vont changer dans six mois oublient que parfois elles ne changent pas ou pas en mieux.»

Le PDC veut donc se positionner comme la force de la voie bilatérale. Pour autant, soutient-il lui-même l’accord-cadre? «Nous allons en parler dans deux semaines et prendrons position. La voie bilatérale est la seule option possible. Elle doit être dynamisée… mais dans le respect de la souveraineté suisse et de la protection des travailleurs», répond Filippo Lombardi.

La réforme de la fiscalité des entreprises liée au financement de l’AVS constitue l’autre grand test de l’année en matière de concordance, aux yeux du PDC. Un vote devrait avoir lieu en mai. Pour le vice-président du PDC, Charles Juillard (JU), «ce projet est indispensable et équilibré». Le parti en revendique la paternité. «Il est issu très clairement du PDC, qui a voulu coupler l’investissement fiscal avec un geste social et a convaincu le PLR et le PS», affirme le conseiller d’État jurassien.

La santé avant les urnes

Pour se profiler, le PDC utilisera aussi son initiative visant à introduire un mécanisme de frein aux dépenses dans le domaine de la santé. Le texte lancé en octobre dernier a recueilli 20'000 signatures pour l’heure. «La seule raison pour laquelle les gens ne signent pas, c’est la résignation. Je suis donc optimiste sur le fait que nous arriverons à récolter les paraphes nécessaires avant les élections», affirme le conseiller national Stefan Müller-Altermatt (SO). «Les coûts de la santé, c’est le premier souci des Suisses», rappelle-t-il.

Le PDC n’est pas le seul à l’avoir noté. Le Parti socialiste va lancer ce printemps une initiative pour que les primes maladie n’excèdent pas 10% du revenu disponible. Stefan Müller-Altermatt balaie la comparaison. «Nous sommes les seuls à nous attaquer à la source du problème», estime-t-il. Et s’il fallait encore se démarquer, le PDC précise que, dans sa galette des rois, contrairement à celle du PS, il n’y a qu’une fève par couronne. «Parce que nous croyons en la concurrence», sourit Gerhard Pfister.

(TDG)

Créé: 04.01.2019, 20h05

Articles en relation

«Avec Amherd à la Défense, on passe à l’attaque!»

Première conseillère fédérale valaisanne Roulant à bord d’un train spécial rempli d’élus, la nouvelle ministre chargée de l’armée a été fêtée en Valais. Plus...

Une femme dirigera l’armée, cette mal-aimée

Conseil fédéral Viola Amherd remplace Guy Parmelin. Une première historique accouchée au forceps. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève des jeunes pour le climat
Plus...