Cassis à une marche du pouvoir

Succession BurkhalterL’UDC a voté massivement pour Cassis, très peu pour Moret et a humilié Maudet. Le PDC aussi penche officieusement pour le Tessinois. Ce dernier peut-il encore être battu?

Vidéo: ATS-Vidéo

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ignazio Cassis a toutes les chances d’être le 117e conseiller fédéral de l’histoire de la Confédération. Le plus grand parti de l’Assemblée fédérale, le groupe UDC avec ses 74 sièges sur 246, a voté massivement pour le Tessinois suite aux auditions mardi des trois candidats à la succession de Burkhalter. Cassis a recueilli 45 voix, Moret 11 et Maudet seulement… une. Il manque 17 voix au compteur de gens absents ou qui n’ont pas voulu voter à main levée. Une chose est sûre cependant, le wonder boy de la politique genevoise, qui a mené une politique de communication intensive à Berne, s’est pris une sacrée baffe. Pour Cassis en revanche, qui peut aussi compter officieusement sur une majorité de voix dans les groupes PLR et PDC, cela équivaut à avoir déjà un pied au gouvernement.

«La Suisse italophone doit être représentée équitablement au Conseil fédéral, explique le chef du groupe UDC, Adrian Amstutz. Il en va de la cohésion nationale. Voilà pourquoi notre choix s’est porté clairement sur Ignazio Cassis. Nous annonçons clairement la couleur car la question de la juste représentation des régions et des langues est trop importante pour être laissée aux petits jeux politiciens.» Ne craint-il pas de coller l’étiquette UDC sur le front de Cassis et de le desservir vis-à-vis des autres partis? «Cassis est et reste un élu PLR. Si les autres partis ne l’élisent pas simplement à cause du soutien UDC, ce serait pitoyable.»

L’UDC n’a pas détaillé les raisons de son «dézingage» du Genevois Maudet. Mais on sait depuis longtemps que son côté «euroturbo», ses critiques acerbes contre Ueli Maurer et son opération «Papyrus» (la régularisation des sans-papiers à Genève) sont un chiffon rouge pour le parti national conservateur. Celui-ci a voulu donner une leçon au jeune loup qui entend bousculer la politique fédérale.

Comment Pierre Maudet encaisse-t-il cette humiliation? Il reste zen: «Je prends note du résultat et je respecte bien entendu le choix de la fraction UDC. J’ai répondu de manière directe sans chercher à plaire à tout prix et en étant moi-même. Cela étant, il reste encore plusieurs auditions et de nombreux parlementaires à rencontrer durant la semaine qui arrive.»

Humilié par l’UDC, Pierre Maudet peut se consoler avec son audition devant le PDC. Si le parti n’a pas donné de mot d’ordre, il est une chose sur laquelle plusieurs élus s’accordent: le Genevois a marqué des points. «Les trois candidats ont été bons, mais ce sont les actions de Maudet qui ont grimpé», analyse Claude Béglé (PDC/VD). «Il a été excellent», ajoute Guillaume Barazzone (PDC/GE). Une audition qui n’a pas été de tout repos. Pierre Maudet a été attaqué sur ses positions sur l’armée, mais aussi sur ses connaissances en italien. Un élu tessinois l’a même accusé de ne pas vraiment parler la langue de Dante. Piqué au vif, le Genevois lui a répliqué avec un italien approximatif, mais bien senti.

«Ich bin ein Berliner»

Il faut dire que Pierre Maudet s’attendait à des attaques sur sa capacité à représenter toutes les régions du pays. Plus tôt dans sa présentation, il lançait: «Ich bin ein Berliner.» Une allusion à la fameuse phrase de Kennedy, le président américain, qui avait fait beaucoup plus pour la ville que bien des Berlinois. Malin, Pierre Maudet a aussi caressé les PDC dans le sens du poil en disant espérer une meilleure collaboration entre les deux partis de centre droit.

Ce rapprochement, Isabelle Moret l’a également défendu. La candidate s’est affichée en femme de dossiers et de compromis. Certains élus ont toutefois regretté qu’elle lise ses notes. Elle ne s’est vraiment détachée du texte que lors de la ronde des questions. On retrouve la même critique côté UDC. «J’ai été déçu de la présentation de Moret, qui n’arrivait pas à se détacher de son texte alors qu’elle a eu tout le temps pour préparer son audition de cinq minutes», confie un élu.

Au PDC cependant, c’est bien Ignazio Cassis qui a fait le show. Sûr de lui – et malgré les attaques sur ses déclarations sur la cocaïne –, il a défendu sans complexe une vision libérale, rappelant l’importance de la collégialité. Le discours a fait mouche, ses soutiens avaient le sourire en quittant la salle.

Il faut dire que le candidat jouait en terrain conquis. «Les auditions n’ont pas permis de changer la dynamique au sein du parti, glisse un élu. Cassis va remporter près des deux tiers des voix démocrates-chrétiennes.» Une majorité d’élus – alémaniques – n’imaginent pas d’autre option que celle d’élire un italophone. Pour un parti qui défend les cantons alpins, les régions périphériques et leur service public, c’est une question de cohésion nationale.

Plébiscité à l’UDC, assuré d’une majorité au PDC et au PLR, Ignazio Cassis peut-il encore trébucher? Tout dépendra de la position de la gauche (lire ci-contre).

Bonne prestation de Moret selon les Verts

Première indication avec les Verts, qui procédaient eux aussi aux auditions. Bien que l’affaire du passeport italien ait heurté plusieurs élus écologistes, la question n’a pas été abordée. Et, pour l’heure, le parti ne se prononce ni pour l’un ni pour l’autre candidat. «On rediscutera de tout cela la semaine prochaine, explique Lisa Mazzone (GE), vice-présidente du parti. On verra ensuite si l’on donne un mot d’ordre.»

Un élément revient toutefois en boucle dans la bouche de plusieurs élus: on souligne la bonne prestation d’Isabelle Moret. «Les candidats ont tous été bons, explique Sibel Arslan (Les Verts/BS). Mais je dois dire qu’Isabelle Moret a été meilleure que l’image dépeinte par les médias.» Adèle Thorens (Les Verts/VD) relève également cette bonne prestation. De quoi assurer à la Vaudoise l’ensemble des voix d’un parti «bienveillant» à l’égard des candidatures féminines? «Les trois candidats étaient bien préparés dans une perspective verte. Ils ont tous marqué des points.» Même Ignazio Cassis? «Sa position libérale sur les questions de société rejoint certaines des nôtres.»

Des déclarations qui semblent réduire à néant les chances d’une candidature surprise de Laura Sadis, pourtant réclamée par les Verts tessinois.

(TDG)

Créé: 13.09.2017, 09h01

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

«Je ressens le poids du Tessin sur mes épaules. L’accueil a été favorable. C’était une expérience intéressante.»

L’UDC met la balle dans le camp socialiste

En déclarant Norman Gobbi inéligible, le PS faisait exploser en plein vol la candidature tessinoise de l’UDC. C’était il y a deux ans. Mardi, le retour de manivelle aura été violent. L’UDC a torpillé la candidature de Pierre Maudet, chouchou officieux de la gauche. Le PS se trouve au pied du mur, forcé de réévaluer sa stratégie. Jusqu’ici, les voix socialistes se divisaient entre Isabelle Moret, qui jouit du bonus femme, et Pierre Maudet, considéré comme un homme ouvert sur l’Europe et les clandestins. Désormais, le parti est face à un dilemme. Prendre le risque d’éparpiller les voix de gauche et ainsi ouvrir une voie royale à Ignazio Cassis, ou voter grouper pour la meilleure alternative capable de lui barrer la route. Le Tessinois est en effet considéré par beaucoup comme «l’ennemi public numéro un» en raison de ses accointances avec le monde des assurances-maladie.

L’enjeu est de taille. Le Groupe socialiste, ce sont 55 voix sur les 246 de l’Assemblée fédérale. Pas assez pour faire une majorité, mais suffisant pour faire basculer le résultat de l’élection.

Faut-il miser sur Isabelle Moret ou Pierre Maudet? Le PS n’est pas le seul à être confronté à ce choix cornélien. Deux autres partis reçoivent les candidats mardi prochain: les Vert’libéraux et le PBD.

Or aussi bien Jürg Grossen, président des Vert’libéraux, que Martin Landolt, président du PBD, ont affirmé qu’ils allaient soutenir l’élection d’une femme. Cela signifie-t-il que le meilleur challenger pourrait s’avérer être la Vaudoise? Pas sûr, car il n’y aura pas d’unanimité dans ces groupes, qui ne totalisent pourtant que 15 voix. Ainsi, le vice-président du PBD, Lorenz Hess, a déjà fait savoir qu’il voterait plutôt pour le candidat tessinois.

Le temps presse en tout cas. L’élection a lieu dans une semaine à peine. L’UDC oblige la gauche à dévoiler rapidement ses cartes, sous peine d’être réduite au rôle de simple spectatrice.

Articles en relation

Les 4 lobbies qui tiennent les clés du vote

Succession Burkhalter La campagne entre dans une nouvelle phase. Chaque candidat compte ses voix et affûte sa stratégie pour obtenir une majorité. Décryptage. Plus...

Moret roule Cassis et Maudet dans la farine

Lobby paysan Dans la course au Conseil fédéral, la Vaudoise a marqué des points lors de son audition auprès des élus paysans sous la Coupole. Plus...

Un comité interpartis va soutenir Pierre Maudet

Genève Un comité de soutien est en préparation. Mais il devrait avoir moins de succès que celui de Micheline Calmy-Rey en 2002. Plus...

Maudet avance en grand rival du favori Cassis

Conseil fédéral Un nouveau rapport de force s’est établi entre les trois candidats PLR au Conseil fédéral. La Vaudoise Isabelle Moret est affaiblie. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

De nombreux morts dans un attentat en Egypte
Plus...