Un policier blanchi de soupçons d'espionnage

BâleLa justice a condamné un policier bâlois pour abus d'autorité. Il avait été repéré par le Service de renseignements en raison de ses activités sur Internet.

Image: Archives/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Tribunal pénal bâlois a condamné lundi un membre de la police cantonale bâloise pour abus d'autorité. Ce dernier avait interrogé 160 personnes sans qu'il y ait une relation avec ses activités normales dans la police routière.

Le policier d'origine turque de 38 ans, blanchi de soupçons d'espionnage, a été condamné à une peine pécuniaire avec sursis de 30 jours-amendes à 130 francs. Le tribunal diminue ainsi de moitié la peine que lui avait infligé cet été par ordonnance pénale le Ministère public. Il lève également l'amende qu'il devait payer. Il s'agissait d'abus d'autorité seulement dans 50 à 60 des interrogations, a argumenté le président du tribunal.

Ce dernier a également réprimandé le Ministère public. Il estime qu'il était en partie responsable de l'accusation selon laquelle l'homme était un espion. Le Tribunal a accordé au prévenu 2000 francs pour tort moral et 500 francs de dommages et intérêts. Il devra en revanche s'acquitter d'un tiers des frais de procédure.

Repéré par le Service de renseignements

Le fonctionnaire a été repéré à la fin de l'été 2016 par les services de renseignements du canton et de la Confédération en raison de ses activités sur Internet comme sympathisant du président turc Erdogan. Il n'existait toutefois aucun élément permettant d'affirmer que le policier avait commis des actes délictueux.

Les services de renseignements ont malgré tout prévenu la police bâloise, car les activités de ce fonctionnaire étaient jugées critiques compte tenu de sa profession. La police bâloise a alors procédé à une analyse de la situation, mais elle a renoncé à d'autres enquêtes ou à des mesures concrètes contre le policier.

En juillet, le Ministère public de Bâle-Ville a, lui, conclu que les soupçons d'espionnage n'étaient pas fondés et a classé la procédure qu'il avait ouverte contre lui. (ats/nxp)

Créé: 23.04.2018, 22h15

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...