Plusieurs grands patrons ont dû accepter un salaire à la baisse

Entreprises de la ConfédérationLa barre de 1 million de revenus s’impose comme plafond pour les patrons des CFF et de la Poste. Analyse des chiffres 2017

Image d'illustration

Image d'illustration

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La folie des grandeurs est bel et bien stoppée dans les anciennes régies publiques. On note un net coup d’arrêt et même un recul des revenus des grands patrons. La grogne populaire, relayée au niveau politique jusqu’au Conseil fédéral, commence donc à déployer ses effets. Analyse des revenus 2017 dévoilés vendredi par l’Administration fédérale.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Le patron des CFF Andreas Meyer redescend au million

Andreas Meyer aux CFF reste le patron le mieux payé d’une entreprise qui appartient à 100% à la Confédération. Il doit pourtant se serrer un (petit) peu la ceinture. Il perd environ 50'000 fr. par rapport à l’année précédente. C’est en 2014 qu’il a gagné le plus, avec un revenu de 1, 072 million.

Le revenu en sursis de Susanne Ruoff à La Poste

Susanne Ruoff est susceptible de gagner 970'000 fr. Mais rien n’est moins sûr. Suite à l’affaire CarPostal, la Zurichoise pourrait ne pas toucher l’intégralité de la part variable de son revenu. Celle-ci se monte à 310'000 fr. Pour le directeur de PostFinance en revanche, cela rigole. Malgré une conjoncture morose, Hansruedi Köng augmente son revenu à 833'000 fr.

Coup de bambou pour le directeur de RUAG

Le directeur de RUAG, dont le salaire avait explosé ces dernières années et dépassé le million en 2015, revient sur terre. Il perd encore 117 000 francs par rapport à l’année précédente. Son salaire variable avait fait jaser en 2015 puisqu’il dépassait son salaire fixe! En 2017, les choses sont rentrées dans l’ordre. Le salaire fixe se monte à 561'000 fr. et le salaire variable a été ramené à 200'000 fr.

Gilles Marchand à la SSR donne l’exemple

Le directeur de la SSR va bientôt présenter son plan d’économies de 100 millions. En 2017, il donne l’exemple avec un revenu en légère diminution de 7000 fr. On verra l’an prochain si le conseil d’administration lui octroie une prime spéciale pour sa victoire contre «No Billag» en mars.

Les conseils d’administration freinent leur appétit

Pendant des années, les conseils d’administration ont été un puissant moteur pour augmenter les revenus de la direction et ceux de leurs propres membres. On note là aussi un changement de cap. Mais est-ce suffisant? La gauche trouve la rémunération des directeurs des ex-régies, type La Poste ou les CFF, complètement surfaites. Selon elle, un revenu de 500 000 fr. maximum devrait être la règle. La droite, elle, juge ce plafond irréaliste.

Créé: 15.06.2018, 19h11

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.