Passer au contenu principal

Elections fédéralesLe PLR et le PDC sont les plus forts aux Etats

Le Parti libéral-radical a remporté dimanche les deux derniers sièges en jeu au Conseil des Etats. Il devient de ce fait le parti le plus représenté de la Chambre, ex-aequo avec le PDC.

Le PLR et le PDC sont les grands gagnants de l'élection au Conseil des Etats.(Photo d'illustration)
Le PLR et le PDC sont les grands gagnants de l'élection au Conseil des Etats.(Photo d'illustration)
Keystone

En remportant les deux derniers sièges en jeu au Conseil des Etats dimanche, le Parti libéral-radical devient le plus représenté de la Chambre, ex-aequo avec le PDC. Chacun dispose de 13 sénateurs. Avec un fauteuil gagné, le PS suit de près (12 sièges). Une fois de plus, l'UDC est le grand perdant de ce scrutin au système majoritaire.

A l'image de l'échec de Hansjörg Knecht (UDC), qui était pourtant donné favori en Argovie, l'UDC n'est pas parvenu à gagner de mandat au Conseil des Etats, où il stagne à cinq élus, six si l'on compte l'indépendant Thomas Minder (SH) qui siège dans le même groupe. Comme en 2011, l'UDC a ainsi échoué dans son objectif de se renforcer dans la Chambre des cantons.

La raison est simple et la même qu'en 2011. Autant la clarté du message qui conduit à la polarisation est un atout dans une élection à la proportionnelle, comme au National, autant cette stratégie est un handicap aux Etats où le mode de scrutin majoritaire nécessite d'arrondir les angles pour parvenir à des alliances, selon le politologue de l'Université de Lausanne Georg Lutz.

PDC faiseur de majorités

Ces élections 2015 au Conseil des Etats auront été marquées par la stabilité, à l'image du PDC qui campe sur ses positions (13 élus). Les deux sièges gagnés par le PLR compensent les deux perdus par les Vert'libéraux qui disparaissent de la Chambre, tandis que celui abandonné par les Verts est récupéré par le PS, qui n'a ainsi jamais été aussi fort aux Etats.

Le PDC voit sa position de faiseur de majorités renforcée. Au Conseil des Etats, il est capable d'obtenir la majorité avec le PS (25 voix) ou avec le PLR (26 voix). Tandis que, contrairement au National qui a glissé à droite, le PLR ne parvient pas à la majorité avec l'UDC (19 voix).

Cette inéquité des forces entre les deux Chambres risque de renforcer les conflits entre elles, analyse le politologue à l'Université de Lausanne Georg Lutz. Alors que l'UDC devrait donner le ton au National, elle ne jouera qu'un rôle marginal aux Etats, a-t-il indiqué à l'ats.

Aussi loin que le peuple le voudra

On sera tout de suite fixé, dès la session qui s'ouvre lundi en huit et le débat budgétaire. PLR et UDC devraient en l'occurrence avoir gain de cause grâce au règlement qui prévoit qu'en cas de désaccord au terme des navettes, c'est la proposition la plus basse, donc la plus économe qui est retenue. Les velléités de coupes de la droite devraient donc passer, prévoit M. Lutz.

La droite ne pourra cependant pas ainsi passer en force à tous les coups. Cela d'autant plus que la population ne paraît pas aussi libérale économiquement que le Parlement. Si ce dernier va trop loin, par exemple dans la prévoyance professionnelle 2020, les citoyens diront halte via le référendum et les urnes, ajoute le politologue.

Encore moins de femmes

Selon lui, le Conseil des Etats verra son statut de «Chambre de réflexion mesurée» se renforcer, avec trois partis quasi de la même force. La seule lecture de la répartition des sièges l'explique. 13 pour le PDC (-) et le PLR ( 2 par rapport à 2011), 12 pour le PS ( 1), 5 pour l'UDC (-), 1 le PBD (-) et 1 les Verts (- 1).

La Chambre des cantons demeure en outre un bastion masculin. La part de femmes a même diminué par rapport au conseil sortant, passant de neuf à sept, soit 15% à peine. Elle y est clairement moindre qu'au National, où elle atteint 32%, contre 29% actuellement. Le National n'aura ainsi jamais compté autant de femmes qu'à l'occasion de la 50e législature qui s'annonce.

Les femmes sont même majoritaires au groupe socialiste. Elles représentent 51% des élus PS dans les deux Chambres. Chez les Verts, la parité est parfaitement respectée. A contrario le groupe UDC n'en compte que 15%, le PLR 18% et le PDC 28%.

Légèrement plus âgées

La Chambre des cantons a en outre légèrement vieilli. La moyenne d'âge est désormais d'un peu plus de 55 ans, soit quelque six mois plus âgé que le Conseil des Etats sortants. Le plus jeune sénateur sera le libéral-radical lucernois Damian Müller, 31 ans, et l'aîné le socialiste de Bâle-Campagne Claude Janiak, 67 ans.

Le Conseil des Etats reste ainsi un peu plus âgé que la Chambre du peuple. Les parlementaires élus au National le 18 octobre ont une moyenne d'âge d'un peu plus de 50 ans.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.