Le PLR fait un pari risqué sur le climat

EnvironnementÀ cinq mois des élections, le parti entame un virage écologiste. Mais à l’interne, certaines mesures suscitent la grogne.

Petra Gössi, présidente du PLR et Andrea Caroni, vice-président du parti, soulagés à l'issue du point presse.

Petra Gössi, présidente du PLR et Andrea Caroni, vice-président du parti, soulagés à l'issue du point presse. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quelques minutes avant de rejoindre la table des intervenants, Petra Gössi prend une profonde respiration. La présidente du PLR sait qu’elle joue gros ce vendredi à Langenthal (BE). Le virage écologiste du parti, c’est elle qui l’a initié. S’en est suivi un sondage auprès de la base qui a servi de point de départ au papier de position présenté lors de la conférence de presse du jour. À cinq mois des élections fédérales, ce changement de cap est risqué. Ça passe ou ça casse.

«Ne rien faire n’est pas une option», lâche Petra Gössi. La Schwytzoise refuse que la politique environnementale et climatique de la Suisse soit dictée par la gauche. «Si nous ne faisons pas valoir nos concepts, nos moyens, nos convictions, dans vingt ans, nous vivrons dans un monde d’interdits.» Elle rappelle encore que les militants sont clairs dans leur réponse: ils veulent plus d’engagement du parti sur ce thème.

Concrètement, la direction du PLR propose une série de mesures rangées sous quatre thématiques: nature, habitat, travail, et enfin transport (voir ci-dessous). À chaque fois, les mêmes interventions en cascade sont envisagées. «D’abord la responsabilité individuelle, ensuite les mesures incitatives, et enfin – en dernier recours – des restrictions plus poussées», détaille le sénateur Andrea Caroni (AR), vice-président du parti.

«Positif à terme»

Si la présidente du PLR a la base avec elle, certaines des mesures envisagées suscitent la grogne au sein de la députation libérale-radicale. Ainsi l’interdiction des pesticides de «manière subsidiaire» reste en travers de la gorge de Jacques Bourgeois, conseiller national. «L’agriculture a déjà largement réduit sa consommation de pesticides, rappelle celui qui est aussi le directeur de l’Union suisse des paysans. Mais il faut bien se rendre compte qu’il est impossible de se passer totalement de produits phytosanitaires sans mettre en péril le niveau de production. On parle de ce qui doit nourrir la population.» D’autant plus que cette idée tombe alors que deux initiatives populaires sur ce thème font peur aux paysans.

Autre pierre d’achoppement: la taxe incitative sur les carburants, essence et diesel. Bien que la direction du parti ait insisté sur le fait qu’il fallait trouver une «solution suisse» qui ne pénalise pas – par exemple – les régions périphériques, la grogne est palpable. «Le parti qui défend des valeurs libérales veut-il vraiment puiser dans le porte-monnaie des Suisses en année d’élections?» s’interroge un élu anonymement.

Christian Wasserfallen (PLR/BE), qui s’était montré très critique dans la presse sur ce projet, a mis de l’eau dans son vin. «Je salue le fait que certaines mesures un temps envisagées aient été écartées, mais il faudra encore travailler ce papier pour qu’il n’aille pas trop loin.» La taxe sur les billets d’avion a en effet été abandonnée, de même que l’interdiction des chauffages électriques et de l’accès au centre-ville de certaines catégories de véhicules.

«Ce papier est appelé à évoluer, reconnaît Benoît Genecand (PLR/GE). Lors de l’assemblée des délégués le 22 juin, certaines mesures seront encore biffées, mais d’autres vont être réintégrées.» Il refuse de voir ce virage écologique comme un risque. «Avoir un document validé par la base sur la ligne climatique et environnementale du parti ne peut être que positif à terme.» Reste à voir si les fruits seront déjà mûrs pour cet automne, ou si le retour sur investissement prendra plus de temps.


Quatre domaines d’action

Nature
Le parti propose d’abord de réformer la production des denrées alimentaires, de limiter le mitage du territoire et d’améliorer la protection des eaux. Des mesures de pilotage, comme l’instauration de valeurs limites pour les produits phytosanitaires ou l’assainissement de l’énergie hydraulique, viendraient ensuite. L’interdiction de pesticides ou de matériaux nocifs pour l’environnement serait un ultime recours.

Habitat
Le PLR veut accélérer la rénovation des bâtiments et réduire la consommation d’électricité, voire optimiser la taxe d’incitation sur les combustibles ou introduire des valeurs limites pour les systèmes de chauffage. Le parti propose également le remplacement des chauffages électriques.

Travail
Le parti suggère d’encore plus flexibiliser les modèles et les lieux de travail, notamment grâce à la numérisation, d’encourager la recherche et le développement ou d’accélérer l’économie circulaire. L’échange de quotas d’émission et le développement de conventions d’objectifs seraient des mesures de pilotage envisageables.

Transport
Si la Suisse est exemplaire dans les émissions de CO2 liées au travail, elle est un cancre au niveau des transports. Le PLR veut donc encourager une mobilité générant peu d’émissions et exige plus de transparence dans le trafic aérien. Le parti n’est pas contre l’introduction de valeurs cibles de CO2 pour les moyens de transport à énergies fossiles, et propose une taxe incitative sur les carburants, essence et diesel.

Créé: 24.05.2019, 18h50

Articles en relation

«Sur l’Europe, il y a certaines lignes rouges à ne pas franchir»

Présidents de parti (1/4) Europe, retraites, burqa: la rentrée politique s’annonce chaude. Tour d’horizon avec la présidente du PLR, Petra Gössi. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus et enseignement à la maison
Plus...