Passer au contenu principal

SuissePlantes et climat: des problèmes en altitude

Le réchauffement climatique permet la croissance de végétaux en haute altitude mais tuerait des microbes indispensables à la bonne santé des plantes.

Si le plantain peut s'établir en altitude, les microbes qui lui étaient bénéfiques en plaine ne se retrouvent pas dans ce nouvel environnement.
Si le plantain peut s'établir en altitude, les microbes qui lui étaient bénéfiques en plaine ne se retrouvent pas dans ce nouvel environnement.
Keystone

Le réchauffement climatique, qui permet la germination et la croissance de certaines plantes à plus haute altitude, pourrait présenter des conséquences négatives à long terme pour la vigueur des plantes. Selon une étude de l'Université de Neuchâtel, les micro-organismes du sol habituellement associés à ces espèces végétales ne se retrouvent pas forcément dans la nouvelle niche écologique.

«Les microbes du sol, comprenant des bactéries et des champignons, sont indispensables à la bonne santé et à la croissance des plantes. Ils forment des interactions qui profitent tant à eux-mêmes qu'aux végétaux», a rappelé lundi l'Université de Neuchâtel.

Dans sa thèse réalisée au laboratoire d'écologie fonctionnelle sous la direction du professeur Sergio Rasmann, le biologiste Ludovico Formenti a passé en revue l'environnement microbien du plantain, une herbe commune que l'on trouve un peu partout dans nos régions. La nouveauté de l'approche réside dans l'étude combinée des facteurs climatiques et des organismes microbiens du sol influençant à la fois la croissance et la défense des plantes.

Moins résistant

Le chercheur a observé que les micro-organismes associés aux racines (RAMs) de Plantago major affectent l'apparence physique et chimique des spécimens qui ont pu migrer jusqu'à presque 2000 m d'altitude, en raison du réchauffement climatique.

Les RAMs de la même altitude que les plantes favorisent aussi plus la croissance des populations de Plantago major, alors que les défenses chimiques étaient globalement plus élevées en présence de microbes de basse altitude.

Ces résultats indiquent que si le plantain peut s'établir en altitude, les microbes qui lui étaient bénéfiques en plaine ne se retrouvent pas dans ce nouvel environnement. «Un découplage préoccupant», selon les biologistes.

Les microbes, connus pour augmenter la vigueur de la plante, peuvent aussi activer des gènes associés aux défenses chimiques naturelles leur permettant de lutter contre les ravageurs herbivores, ou pour résister aux agressions de l'environnement, comme des sécheresses ou des excès d'eau.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.