Passer au contenu principal

Une plainte pénale vise les signatures «volées»

Des citoyens affirment avoir été induits en erreur pour signer le référendum contre le congé paternité.

Keystone

La récolte de signatures pour le référendum contre le congé paternité est à son tour éclaboussée par des accusations d’informations mensongères. Plusieurs citoyens racontent avoir été abordés dans la rue par des personnes chargées de la récolte de paraphes. Ces dernières leur auraient exposé de faux arguments. Quatre cas survenus dans les cantons de Vaud, Fribourg et Neuchâtel ont été rapportés à Romain Dubois, vice-président du Parti socialiste neuchâtelois (PSN), qui a lancé mercredi un appel à témoins sur les réseaux sociaux. Mardi, «20 minutes» se faisait l’écho de procédés identiques à Lausanne et à Vevey.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.