Plafonner les coûts de la santé? C'est le tollé

Suisse Le Conseil fédéral, s’appuyant sur un rapport d’experts, envisage des mesures drastiques pour limiter les coûts. Retour de flamme.

Le conseiller fédéral Alain Berset estime que la hausse des coûts de la santé est en partie due au vieillissement de la population et aux innovations médicales.

Le conseiller fédéral Alain Berset estime que la hausse des coûts de la santé est en partie due au vieillissement de la population et aux innovations médicales. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il y a un mois tout le monde hurlait parce que les primes d’assurance-maladie augmentaient fortement. Et chacun disait que cela ne pouvait plus continuer comme cela. Mercredi, le Conseil fédéral envisage sur la pointe des pieds des mesures pour limiter les coûts de la santé. Et notamment l’introduction d’un plafonnement des budgets. Applaudissements? Que nenni. Tous les acteurs de la santé, des médecins aux patients, des hôpitaux aux assureurs, sont verts de rage. Récit d’une journée normale schizophrénique dans la Berne fédérale.

Tout a commencé avec la présentation d’un rapport d’experts suisses et étrangers. Ces derniers, diligentés par le Département fédéral de l’intérieur, préconisent à l’unanimité 38 mesures pour endiguer la hausse explosive des coûts de la santé. Ces derniers sont passés de 37,5 milliards de francs en 1996 à 77,8 milliards en 2015. Le conseiller fédéral Alain Berset estime certes que cette hausse est en partie due au vieillissement de la population et aux innovations médicales. «Mais il y a une autre partie qui n’est pas légitime. Elle est le fait d’une hausse des prestations incontrôlées tout à fait discutables».

La mesure phare du rapport concerne le plafonnement des budgets médicaux pour sensibiliser le monde médical aux économies. Chaque acteur de la santé disposerait d’une enveloppe financière à respecter. S’il ne le fait pas, il s’exposerait à des sanctions.

Comment ce système fonctionnerait-il concrètement pour un médecin privé. «Rien n’est arrêté pour l’instant, explique Pascal Strupler, le directeur de l’Office fédéral de la santé publique. Une idée serait peut-être d’avoir un budget global pour un médecin. S’il dépasse son enveloppe en septembre, hors de question de rationner les soins. Il toucherait en revanche un tarif moindre et dégressif pour ses prestations».

Alain Berset sait qu’il marche sur des œufs dans ce dossier. Il prend donc mille précautions devant la presse. «Le Conseil fédéral n’a arrêté aucune décision. Mon Département va examiner jusqu’au printemps les 38 mesures mentionnées dans le rapport. Et nous établirons une liste de priorités. Je signale au passage que des mesures d’économie recommandées sont déjà en œuvre comme l’examen régulier du prix des médicaments».

Malgré ces précautions oratoires, le projet éventuel d’un plafonnement des budgets de la santé déclenche en fin d’après midi un tir de barrage hostile. Tous les principaux acteurs de la santé (FMH, H+, Interpharma, Pharma Suisse, l’organisation des patients et SantéSuisse), unanimité rare, y dénoncent le danger de rationnement des soins et la hausse des délais d’attente pour les actes médicaux. Avec le spectre d’une médecine à deux vitesses où les bénéficiaires d’une assurance privée seraient plus vite et mieux soignés.

Cette argumentation, habituelle chez les blouses blanches, est partagée de façon plus étonnante par les assureurs de Santé suisse. Sa responsable politique, Sandra Kobelt: «Outre le danger du rationnement, un autre élément explique notre opposition: les budgets plafonnés ne marchent pas. Un médecin à qui on appliquerait un tarif dégressif aura tendance à multiplier les actes médicaux».

Une petite pommade pour Alain Berset? Elle a été appliquée au début de soirée par le PDC et les Verts libéraux. Ils approuvent les mesures pour limiter les coûts. (TDG)

Créé: 26.10.2017, 09h04

Articles en relation

«L’enjeu est de garantir un accès aux soins pour tous»

Santé Alain Berset a présenté le rapport d'un groupe d'experts pour maîtriser les coûts de la santé. Reste à savoir quelles mesures seront retenues. Plus...

Les assureurs échouent à exercer leur mission de contrôle

Santé Le manque de transparence dans l’hospitalisation privée peut contribuer à la surenchère des coûts facturés. Plus...

Etat et assureurs font la guerre aux tarifs des médecins privés

Santé Une offensive contre la médecine libérale est lancée. Le mode de facturation des soins stationnaires privés est critiqué. Les parties songent à en découdre jusqu'au Tribunal fédéral. Plus...

La Suisse romande prend lentement le virage de l'ambulatoire

Santé Une comparaison intercantonale montre que les taux d'hospitalisation varient d'un canton à l'autre. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

De nombreux morts dans un attentat en Egypte
Plus...