Passer au contenu principal

CoronavirusPic épidémique pas encore atteint en Suisse

L'augmentation du nombre de cas de Covid-19 s'est plus ou moins stabilisée, bien qu'il soit trop tôt pour tirer des conclusions. Tour d'horizon de la situation dans notre pays.

Daniel Koch, responsable des maladies transmissibles à l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) lundi lors du point de presse quotidien.

Le pic de l'épidémie n'est pas encore atteint en Suisse. Un tiers des 20 milliards de francs d'aide que la Confédération avance en faveur de l'économie dans la crise du coronavirus a déjà été alloué.

L'augmentation des cas de coronavirus pendant ce week-end a été plus ou moins la même que celle des derniers jours. C'est déjà peut-être un signe que les mesures prises commencent à faire effet, mais il est trop tôt pour pouvoir en tirer une conclusion, a déclaré Daniel Koch, responsable des maladies transmissibles à l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) lundi lors du point de presse quotidien.

Les Suisses semblent suivre les consignes, selon un sondage, mais le grand défi reste les prochaines vacances de Pâques. La population va-t-elle continuer à se plier aux consignes, se demande le spécialiste.

Encore de la marge

Lundi au moins 295 personnes avaient déjà perdu la vie selon les chiffres de l'OFSP - 353 selon un décompte basé sur les déclarations des cantons - tandis que la Suisse recense 15'475 personnes contaminées ( 1201). Actuellement, 286 personnes sont sous respirateur artificiel. Il reste encore de la marge, même au Tessin.

Le Tessin, canton le plus touché, enregistrait lundi 12 décès et franchissait la barre des 100 morts (105). Le conseiller fédéral tessinois Ignazio Cassis a fait le déplacement lundi sur place pour assurer ce canton du soutien de la Confédération: le Conseil fédéral est conscient que la pandémie ne touche pas tous les cantons de la même manière, a-t-il dit à Bellinzone.

A Genève, les Hôpitaux universitaires vont lancer une étude pour évaluer la proportion de personnes infectées par le coronavirus et leur réponse immunitaire. D'autres hôpitaux suivront et les résultats seront analysés au niveau suisse.

Armée engagée dans tout le pays

Tous les cantons ont maintenant fait appel à l'armée dans le cadre de la lutte contre l'épidémie. La grande muette doit aussi combattre contre la contamination dans ses rangs: elle compte 128 cas, dont 93 dans deux écoles de recrues en Suisse romande et au Tessin. Au total, 400 soldats sont en quarantaine.

En Valais, le canton va ouvrir des centres ambulatoires pour protéger les médecins généralistes, peu nombreux dans ce canton. Les contacts dans les cabinets privés entre patients ordinaires et malades du coronavirus seront ainsi évités. A Berne, c'est un bus stationné sur le site de la BEA qui accueille depuis lundi les premiers tests de dépistage du Covid-19.

Commande en Chine

Les problèmes de matériel devraient bientôt connaître un répit. Les hôpitaux de Suisse romande et du Tessin devraient recevoir du matériel directement en provenance de Chine: un avion avec dans ses soutes 92 tonnes de matériel de protection médical doit se poser la semaine prochaine à Genève.

Des chambres de commerce Chine-Suisse (section romande) et celle de Genève sont à l'origine de cette opération. Les autorités cantonales romandes et tessinoise ont apporté leur soutien à cette action. Berne a indiqué que toute initiative privée était bonne à prendre.

Rapatriement en cours

Sur les 17'000 touristes suisses à l'étranger, il en resterait entre 7000 et 8000 à aller chercher. A leur retour, une auto-quarantaine de dix jours leur est recommandée, mais pas imposée.

Des vols en provenance de Séoul, Manille et Buenos Aires sont prévus mardi, avec 460 personnes à bord tandis que 160 Suisses sont en train de revenir des pays voisins de la Suisse, selon le responsable de la crise au DFAE Hans-Peter Lenz.

Le transfert de malades français en provenance d'Alsace vers la Suisse s'est poursuivi lundi. Dimanche, une vingtaine d'entre eux avaient déjà rejoint les hôpitaux dans plusieurs cantons, dont Genève.

Un tiers de l'aide alloué

Un tiers des 20 milliards de francs d'aide que la Confédération avance en faveur de l'économie dans la crise du coronavirus a été alloué. Les banques ont déjà reçu plus de 30'000 demandes de petits crédits. Le montant libéré pourrait être revu à la hausse.

La Banque nationale suisse est probablement à nouveau intervenue la semaine dernière sur le marché des devises pour contrer une nouvelle hausse du franc. En témoigne la forte hausse de ses avoirs à vue. Les prêts d'urgence aux PME suisses en raison de la pandémie de coronavirus y ont sans doute aussi contribué.

Sur le terrain, les indépendants sont particulièrement menacés. En l'espace, de cinq jours, les caisses de compensation ont enregistré plus de 70'000 demandes d'allocations pour perte de gain en lien avec le coronavirus. Cela correspond à un cinquième des travailleurs indépendants en Suisse.

Manque de protection

L'USS critique le manque de protection des salariés vulnérables. La décision récente du Conseil fédéral contraignant les travailleurs à risque à revenir au travail est incompréhensible pour l'USS, qui demande son annulation.

Dans le canton de Zurich, près de 3000 restaurants, bars et clubs sont fermés à cause du coronavirus. Beaucoup d'entre eux ne bénéficient d'aucune réduction de loyer. GastroZurich les appelle à ne plus le payer à partir du 1er avril si aucune solution n'est trouvée.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.