Passer au contenu principal

SuissePétition pour un moratoire sur la 5G

Près de 40'000 personnes ont signé le texte lancé par une thérapeute et qui a été déposé vendredi à Berne.

Une pétition réclamant un moratoire sur le développement de la technologie de communication mobile 5G a été remise vendredi au Département fédéral de l'environnement et de la communication. Près de 40'000 personnes ont signé le texte.

Selon elles, la Confédération enfreint gravement son devoir de protection de la santé et de l'environnement en introduisant la 5G. Elle néglige aussi son devoir d'information de la population sur les effets des actuelles fréquences et technologies de communication, a communiqué le comité de pétition.

La récolte de signatures a été lancée en avril par la thérapeute Notburga Klett qui constate dans son cabinet médical le lien entre l'électrosmog et des maladies chroniques. Le développement prévu du réseau multipliera la charge du rayonnement, avertissent les pétitionnaires.

Oppositions multiples

Une initiative populaire vient d'être lancée contre le développement de la technologie 5G. Le texte demande notamment que les valeurs limites, fixées par l'ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant, ne soient pas relevées, pas même en raison de nouvelles méthodes de mesure. La desserte en téléphonie mobile et Internet devrait être séparée entre espace extérieur et intérieur.

Malgré les nombreuses oppositions contre la 5G, les opérateurs ont commencé à déployer leur réseau en vue d'une couverture quasiment intégrale du territoire helvétique. Plusieurs cantons romands ont pris des mesures de précaution.

Genève, Vaud et le Jura ont décrété un moratoire dans l'attente des conclusions d'un rapport de l'Office fédéral de l'environnement sur la question. Mais le Jura a ensuite levé ce gel des procédures sur le déploiement de la 5G après avoir obtenu des garanties de la Confédération s'agissant du rayonnement. Le Parlement jurassien devra toutefois se prononcer fin octobre sur une motion du groupe Verts et CS POP en faveur d'un moratoire.

Fribourg a décidé début juin de soumettre l'implantation d'antennes à l'octroi d'un permis de construire. Neuchâtel veut appliquer le principe de précaution, quant au Grand Conseil valaisan, il a refusé d'introduire un moratoire.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.