Passer au contenu principal

Le «passeport» digital doit être géré par les privés

Une solide majorité PLR et UDC s’est opposée à la gauche, aux États et à Karin Keller-Sutter sur le futur «passeport» digital.

Devant le National, la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter a plaidé en faveur d’une commission fédérale indépendante pour avaliser et surveiller les privés. En vain.
Devant le National, la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter a plaidé en faveur d’une commission fédérale indépendante pour avaliser et surveiller les privés. En vain.
Keystone

Pas question de mollir et de céder aux sirènes de la gauche. C’était le mot d’ordre à droite, mardi, quand le Conseil national a abordé le touffu sujet du «passeport» électronique. Ce dernier doit permettre d’identifier à 100% une personne sans qu’elle se déplace physiquement à un guichet. Cela permettrait de faciliter les actes administratifs sur internet et pourrait également simplifier les achats commerciaux en ligne, où une jungle de «login» prolifère.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.