Passer au contenu principal

Le Parti évangélique fête ses 100 ans

Le Parti évangélique suisse (PEV) fête samedi son 100e anniversaire sur la colline du Gurten à Berne.

Ignazio Cassis aux 100 ans du PEV.
Ignazio Cassis aux 100 ans du PEV.

Plus de 600 invités ont été conviés à l'assemblée des délégués du Parti évangélique, tenue sous la devise «100 ans du PEV - Pour des valeurs qui comptent, durablement».

Le conseiller fédéral Ignazio Cassis a apporté les félicitations du gouvernement. Il a décrit le PEV comme «un parti calme, mais pas silencieux», selon le communiqué du parti. «Ils peuvent tout à fait se faire entendre, lorsqu'ils ont quelque chose à dire». Le Tessinois estime qu'avec les valeurs qu'il défend, le PEV contribue de manière importante à la Suisse.

Ignazio Cassis a salué le courage du président fondateur du parti, Arnold Muggli, pour son appel au Conseil fédéral de l'époque de la grève générale de 1918. Malgré toutes les prévisions pessimistes, le PEV a été représenté au sein du Conseil national depuis sa création une année plus tard jusqu'à aujourd'hui de manière quasiment ininterrompue par deux voire trois élus.

Bâtisseur de ponts

La Suisse se trouvait confrontée à des conditions sociales précaires et le profond fossé entre la bourgeoisie et la classe ouvrière menaçait la stabilité sociale, a rappelé la présidente du parti et conseillère nationale Marianne Streiff (BE) lors de son discours.

Le Parti évangélique suisse a alors été fondé «en tant que mouvement politique souhaitant s'engager pour le bien de la population en se basant sur des valeurs chrétiennes et en tant que parti du centre dont l'objectif était d'enjamber les fossés sociétaux», a souligné la Bernoise.

Dès le début, les fondateurs du parti se sont engagés en faveur d'une politique sociale clairement orientée sur les valeurs chrétiennes ainsi qu'en faveur de la protection de l'environnement. Ainsi, 25 ans avant son introduction, ils réclamaient les bases constitutionnelles pour l'AVS ou posaient, grâce à un postulat, les bases pour la protection des eaux en Suisse.

Les valeurs du PEV sont restées identiques et sont plus nécessaires aujourd'hui que jamais, a déclaré Marianne Streiff: «Tout comme il y a 100 ans, une grande partie de la population souhaite des acteurs politiques qui s?orientent en fonction de valeurs».

Compromis nécessaires

En 2019 également, la polarisation politique et le clientélisme bloquent les projets de réformes importants. Les défis dans le domaine de la santé, des assurances sociales, dans les rapports avec l'UE ou en matière de migration ne peuvent être abordés qu'avec des compromis. «C'est là que nous agissons activement en tant que bâtisseur de ponts», a précisé la présidente.

«Notre politique est basée sur la justice, la durabilité, la dignité humaine, la confiance, l'espoir, la responsabilité, la transparence et le respect. Et avant tout sur la crédibilité», a souligné Marianne Streiff.

«Le PEV, indépendamment de tout courant idéologique, recherche la meilleure solution pour le bien commun, les êtres humains et l'environnement en se basant sur des valeurs chrétiennes».

La présidente a appelé les membres du parti à s'engager pour les thèmes centraux du PEV au cours de cette année électorale, en se laissant imprégner par l'ADN des valeurs du parti: un entrepreneuriat éthique au service des êtres humains, une lutte conséquente contre la traite et le commerce des êtres humains, la paix religieuse, une politique générationnelle durable et pour une vie digne, de la procréation à la mort.

Depuis 15 ans en Suisse romande

Marianne Streiff s'est déclarée reconnaissante et fière que le parti soit devenu un parti national depuis 15 ans déjà. Elle a rappelé la fondation, en 2004, du PEV du canton de Vaud, première section «authentiquement» francophone. Le canton de Neuchâtel a suivi deux ans plus tard, celui de Genève en 2007 et en 2011 le canton du Jura. Cette année, le PEV participera pour la première fois en avril aux élections du Grand Conseil au Tessin.

Le président de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse, Gottfried Locher, le président de groupe du PDC, le conseiller aux Etats Filippo Lombardi ainsi que le secrétaire général de la Conférence des évêques suisses, Erwin Tanner, étaient également présents à l'assemblée du PEV.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.