Le parlement fribourgeois interdit le sucre à l'école

SantéLes députés ont adopté mercredi soir une motion socialiste pour interdire la vente de sodas et de barres chocolatées dans les distributeurs et les cantines.

Les écoles n'auront plus le droit de vendre des produits sucrés dans leurs distributeurs automatiques.

Les écoles n'auront plus le droit de vendre des produits sucrés dans leurs distributeurs automatiques. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On le sait, la consommation excessive de produits sucrés favorise le surpoids et le diabète, notamment chez les jeunes. Pour tenter de lutter contre le phénomène, deux députés socialistes fribourgeois ont déposé une motion visant à interdire ou limiter la vente de sodas et de chocolat dans les distributeurs automatiques et les cantines des cycles d’orientation du canton. Pari réussi.

En effet, le Grand Conseil a adopté par 54 voix contre 41 leur motion mercredi soir, rapporte ce jeudi La Liberté. Le sujet a suscité un vif débat, selon le quotidien fribourgeois. Plusieurs députés ont estimé que la proposition allait trop loin, rapporte-t-il. Un médecin PDC a rappelé que pour maigrir, il fallait manger moins et bouger plus. Le PLR a estimé lui qu'un canton qui interdit est un canton qui n'a pas de solution et que les ados avaient bien d'autres occasions d'acheter des produits sucrés hors du périmètre de l'école.

Mais malgré l'opposition du Conseil d'Etat, le texte a fini par être adopté, grâce à la gauche et à de nombreux PDC. Le gouvernement va donc devoir plancher sur une loi car il n'existe encore aucune base légale pour bannir les produits sucrés des distributeurs.

Initiative pendante de Neuchâtel

Pour rappel, le canton de Neuchâtel a lui lancé une initiative cantonale pour que la législation introduise une taxe sur les sucres ajoutés lors des processus de fabrication. Le texte a été examiné en janvier dernier par la commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil des Etats qui l'a rejeté à l'unanimité.

La commission a estimé qu'une telle mesure ne devrait être examinée que si les efforts actuellement déployés par le Conseil fédéral et l'industrie alimentaire pour faire baisser l'ajout de sucre dans les yoghourts, les céréales et les boissons sucrées notamment, ne sont pas efficaces. L'initiative neuchâteloise doit encore passer devant les deux Chambres.

Créé: 08.02.2018, 11h14

Articles en relation

La taxe sur le sucre ajouté contourne la Suisse

Santé Des incitations financières sont mises en place dans plusieurs pays. Berne se concentre sur des mesures volontaires. Plus...

Une commission ne veut pas de taxe sur le sucre

Suisse Une commission du Conseil des Etats a rejeté une initiative cantonale neuchâteloise qui voulait taxer les produits sucrés pour lutter contre l'obésité. Plus...

Taxe neuchâteloise sur le sucre examinée à Berne

Canton de Neuchâtel Le canton présentera le 15 janvier à une commission des Etats son plan en vue d'une taxe fédérale sur le sucre. But: lutter contre l'obésité. Plus...

La nourriture au coeur des batailles à venir

Suisse Les organisations de défense des consommateurs ont présenté lundi leurs combats pour 2018: étiquetage, provenance et sucre notamment. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus crée une frénésie de nettoyage
Plus...