Parc éolien de Vallorbe: Pro Natura s'inquiète pour les chauves-souris

Nord vaudoisLes six éoliennes de 150 mètres de haut devraient fournir en 2018 de quoi alimenter 11'000 ménages.

Image de synthèse des éoliennes prévues sur une crête entre les vallées de l'Orbe et du Nozon.

Image de synthèse des éoliennes prévues sur une crête entre les vallées de l'Orbe et du Nozon.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les six éoliennes prévues sur les communes de Vallorbe, Vaulion et Premier sont contestées. Elles pourraient avoir des impacts considérables sur les oiseaux du Jura, sur les chauves-souris, ainsi que sur le paysage. C'est la raison qui a poussé Pro natura Vaud à formuler une opposition.

L'organisation de protection de la nature n'a pas d'objection de principe au projet. Le secteur ne figure en effet pas dans un inventaire de protection de la nature et du paysage. Mais, pour elle, il est nécessaire d'attendre les résultats de l'étude commandée par le Canton de Vaud avant d'autoriser les constructions. Elle veut s'assurer que le plan partiel d’affectation et les permis de construire n’entrent pas en force avant que les résultats de l’étude soient disponibles.

A noter que les six éoliennes de 150 mètres de haut et de 115 mètres de diamètre du parc Sur Grati devraient fournir dès la fin de l'année 2017 suffisamment d'énergie pour alimenter 11'000 ménages par an, soit 75% de l'énergie consommée par les trois communes concernées. Coût de l'opération: près de 60 millions, à la charge du partenaire des communes, VO Energie.

Un parc déjà réduit

Le Plan partiel d'affectation «Sur Grati» est à l'enquête dans les trois communes depuis la mi-juin. Chaque hélice a son dossier. Les communes ont planché dessus depuis plus de cinq ans, redimensionnant le projet à plusieurs reprises. Des études de mesures du vent ont été réalisées pendant trois ans, ainsi que sur l'impact paysager et sur la faune.

«Depuis le début, la technique a évolué, explique le syndic de Vallorbe, Stéphane Costantini. Six éoliennes semblent être la bonne taille pour un parc, que l'on veut compatible avec les humains et l'environnement. Pour pouvoir sortir du nucléaire, il faut agir.»

Créé: 08.07.2014, 13h56

Articles en relation

La Cour des comptes publie un rapport sévère sur les SIG

Genève De graves manquements sont relevés dans les procédures d’investissement en matière d’éolien et d’hydraulique. Plus...

Le Conseil d'État dit oui au rachat d'Ennova par les SIG

Eolien Sans surprise, le Canton a avalisé la décision des Services industriels d'acquérir l'entreprise tessinoise, mettant fin au contentieux qui durait depuis des mois. Plus...

Les SIG renégocient leur partenariat éolien valaisan

Energie La régie veut pouvoir imposer plus de réalisme dans ses développements alpins avec la société Swisswinds. Plus...

Le futur parc éolien a de belles perspectives à Bière

Energie Les premières études sur l'installation de sept éoliennes sont concluantes. Elles ont été présentées lundi soir au Conseil communal. Plus...

SIG: «Nous ne voulons pas de projets pharaoniques»

Le président des Services industriels de Genève, Alain Peyrot, explique les divergences qui l’ont opposé à l’ex-directeur général dans le dossier éolien. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.