Passer au contenu principal

SuisseParadise Papers: Metzler quitte le groupe Quantum

L'ancienne conseillère fédérale, éclaboussée par les révélations des Paradises Papers, a décidé de se retirer.

Les 28 ministres des Finances de l'Union européenne se réunissent mardi à Bruxelles dans l'espoir de se doter d'une liste noire d'environ 20 noms de paradis fiscaux opérant hors de leurs frontières. C'est une première pour l'UE. (Mardi 5 décembre 2017)
Les 28 ministres des Finances de l'Union européenne se réunissent mardi à Bruxelles dans l'espoir de se doter d'une liste noire d'environ 20 noms de paradis fiscaux opérant hors de leurs frontières. C'est une première pour l'UE. (Mardi 5 décembre 2017)
Keystone
Né à Fribourg en 1967, cet entrepreneur suisse figure en bonne place dans les Paradise Papers pour ses affaires en Angola.
Né à Fribourg en 1967, cet entrepreneur suisse figure en bonne place dans les Paradise Papers pour ses affaires en Angola.
WikiCommons/CC BY-SA 4.0/Mdpc
... ou encore l'ancien directeur général d'UBS.
... ou encore l'ancien directeur général d'UBS.
Keystone
1 / 8

Suite aux révélations des Paradise Papers, l'ancienne conseillère fédérale Ruth Metzler quitte avec effet immédiat le comité consultatif du groupe Quantum. Elle explique sa décision par les graves accusations sur de «prétendues pratiques commerciales en Angola».

La publication desdits «Paradise Papers» a soulevé des graves accusations contre le groupe basé à Zoug. En tant que membre du comité consultatif, Mme Metzler n'avait pas connaissance de ces accusations, a-t-elle indiqué mercredi à l'ats dans un court communiqué.

Indépendamment de la question de savoir si ces accusations sont fondées, l'environnement professionnel n'est plus compatible avec les critères de ses mandats ou les valeurs et la manière de travailler de sa société de conseil KMES Partner, précise-t-elle.

Bastos dément

Le groupe Quantum Global a été fondé par le financier suisso-angolais Jean-Claude Bastos de Morais. Il conseille des projets de développement sur place. Selon les Paradise Papers, il a le mandat de gérer le fonds souverain de l'Angola et se serait enrichi via ce groupe.

M. Bastos a catégoriquement démenti mardi en avoir profité. Toutes les activités du groupe sont légales. Une procédure juridique a été entamée contre la publication. Quantum Global a réagi au départ de Mme Metzler en la remerciant pour ses activités de conseil.

13,5 millions de documents

Les «Paradise Papers» sont une masse de 13,5 millions de documents sur des opérations financières émanant du cabinet d'avocats Appleby et obtenus par la Süddeutsche Zeitung. Le journal allemand a ensuite partagé ces documents avec le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) et d'autres médias.

Il s'agit de contrats portant sur des dizaines de millions de francs, d'échanges de courriels et d'extraits de comptes concernant près de 25'000 structures, de 1950 à 2016. Ces données révéleraient les activités opaques de multinationales, de politiciens et d'hommes d'affaires.

Pas illégaux

Les circuits auxquels ont recours les personnes fortunées et les multinationales pour déplacer leurs fonds dans les paradis fiscaux ne sont en soi pas illégaux. Cette pratique se joue des failles réglementaires pour leur permettre de payer le moins d'impôts possible.

Ruth Metzler-Arnold était membre du conseil fédéral de 1999 à 2003. Elle était à la tête du Département fédéral de justice et police. En 2003, la politicienne (PDC) aujourd'hui âgée de 53 ans n'a pas été réélue; elle a perdu son siège au profit de Christoph Blocher.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.