Les «Paradise Papers» ont déjà eu de nombreuses répercussions

ImpactLes révélations sur l'optimisation fiscale et les soupçons de corruption ont suscité de vives réactions dans le monde entier. Petit tour d'horizon des conséquences politiques et judiciaires dans différents pays.

L'affaire des «Paradise Papers» a eu un retentissement mondial.

L'affaire des «Paradise Papers» a eu un retentissement mondial. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Suisse Suite aux révélations de la cellule enquête du « Matin Dimanche» sur les contrats du géant genevois Vitol avec une filiale de Seven Energy à Londres, le parquet genevois a saisi cette semaine des documents. Les autorités ont étendu leur enquête sur l’homme d’affaire Kola Aluko. Celui-ci aurait obtenu des droits pétroliers pour Seven Energy après avoir versé des pots-de-vin à l’ancienne ministre du pétrole du Nigeria.

Union européenne Les ministres des finances, réunis mercredi à Bruxelles, ont décidé d’établir une liste noire des paradis fiscaux, d’ici à la fin de l’année. Douze pays sont dans le collimateur. La Suisse n’en fait pas partie. La Commission européenne s’apprête aussi à lancer une procédure d’infraction contre l’île de Man. Le territoire britannique est soupçonné de tolérer des montages financiers pour contourner les règles communautaires en matière de TVA sur l’immatriculation de jets privés, mis à jour par les «Paradise Papers». Cette action s’ajoute à celle lancée en septembre contre la TVA réduite appliquée par Malte sur les yachts, révélée par les «Malta Files».

Royaume-Uni Après les révélations sur les investissements offshore de la reine Elisabeth II et du prince Charles, le groupe antimonarchie Republic a sévèrement critiqué la couronne et exigé plus de transparence sur le lobbying du gouvernement en matière de réforme des paradis fiscaux. Les enquêtes publiées cette semaine ont également pointé du doigt plusieurs territoires sous tutelle britannique recourant à des pratiques fiscales agressives. Des parlementaires de toute l’Europe ont critiqué l’inaction du gouvernement contre l’industrie offshore menée sur ses territoires.

Pays-Bas Le gouvernement va enquêter sur 4000 accords fiscaux conclus avec des multinationales, après que les irrégularités d’un accord fiscal entre les Pays-Bas et Procter et Gamble ont été dévoilées. Les données ont également révélé que Nike avait reçu des avantages fiscaux du gouvernement, lui ayant permis de transférer une grande partie de ses bénéfices aux Bermudes et de baisser artificiellement ses impôts. L’enquête devrait faire la lumière sur les arrangements fiscaux opaques offerts aux multinationales.

États-Unis Après les révélations sur ses liens économiques avec la Russie, le Secrétaire au commerce Wilbur Ross a déclaré qu’il allait probablement vendre ses parts dans Navigator Holding, une entreprise qui fait du commerce avec une société détenue par des proches de Vladimir Poutine. Plusieurs sénateurs ont réclamé l’ouverture d’une enquête parlementaire sur ses potentiels conflits d’intérêts.

Australie Le fisc prend des mesures contre 19 multinationales. Les documents d’Appleby avaient révélé que d’importantes multinationales, dont Glencore avaient eu recours à de complexes montages financiers pour exporter leurs profits dans les Bahamas, afin de réduire drastiquement leurs impôts en Australie.

Canada Le premier ministre a défendu son ami Stephen Bronfman, directeur du financement du Parti libéral, accusé d’être impliqué dans un trust aux îles Caïmans. Cette absolution a fait bondir l’opposition qui y voit une intervention pour empêcher une enquête du fisc.

Argentine Un procureur a lancé quatre mandats d’arrêt contre des fonctionnaires de l’Université Tucumán. Ceux-ci seraient impliqués dans une affaire de blanchiment d’argent en lien avec une mine exploitée par Glencore. L’enquête ouverte en 2010 n’avait pas connue d’avancées depuis plusieurs années. Les «Paradise Papers» auraient relancé l’affaire en apportant de nouvelles informations.

Indonésie Les autorités ont lancé des enquêtes afin de déterminer si les enfants de l’ex-dictateur Suharto ainsi qu’un ancien candidat à la présidence, dont les noms apparaissent dans les documents d’Appleby, auraient violé les lois fiscales. (Le Matin)

Créé: 11.11.2017, 23h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...