Passer au contenu principal

SuissePandémies: du matériel de protection était prévu

Selon l'ex-directeur du groupe de travail qui l'avait mis en place, le premier plan de lutte contre les pandémies prévoyait la constitution obligatoire de stocks de masques.

Les stocks de masques et de matériel de protection étaient obligatoires autrefois.
Les stocks de masques et de matériel de protection étaient obligatoires autrefois.
Keystone

Le premier plan suisse de lutte contre les pandémies prévoyait la constitution obligatoire de stocks de masques et de combinaisons de protection, rappelle mercredi Robert Steffen. Il avait dirigé le groupe de travail chargé de mettre en place le plan dans les années 1990.

«Des discussions intensives ont été menées à l'époque sur les questions de matérielles», déclare Robert Steffen dans un entretien diffusé mercredi par les journaux en allemand du groupe de presse Tamedia. Le plan avait été élaboré sur mandat de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

«Apparemment, cela a été négligé en partie par la suite», précise-t-il, en faisant référence aux équipements de protection actuellement manquants ou pas assez disponibles. «Beaucoup de ce qui est actuellement mis en oeuvre avait déjà été élaboré à l'époque», poursuit Robert Steffen. Une des préoccupations principales était d'éviter «une cacophonie fédéraliste» et de laisse la conduite au Conseil fédéral, selon lui. Cette question est désormais régie par la loi sur les épidémies.

Médias et experts

Dans le système des soins, la priorité a été donnée à la mise en place d'unité de soins pour les thérapies intensives et le confinement. Cela signifie de renoncer aux opérations chirurgicales et, au mieux, de recourir à des cliniques spécialisées, des tentes et des salles d'exposition pour le traitement des personnes infectées, précise-t-il.

L'échange avec les médias et les experts est «extrêmement important» en situation de crise, remarque Robert Steffen. «Heureusement, cet aspect-là se passe bien en ce moment». Les médias, mais aussi les partis politiques, ont essentiellement suivi les recommandations du Conseil fédéral et de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Il soutient l'action du gouvernement contre la propagation de la maladie à coronavirus 2019 (Covid-19). Si la Confédération helvétique avait pris des mesures restrictives plus rapidement, des protestations auraient éclaté au sein de la population et du corps médical. «Cela aurait été risqué», affirme-t-il.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.