Passer au contenu principal

SondageL'obligation de porter un masque convainc

Une majorité de Suisses aimerait que le port du masque soit obligatoire dans les transports publics et les magasins. Les Helvètes sont moins chauds en ce qui concerne le travail.

Les Suisses souhaitent rendre le port du masque obligatoire dans de nombreuses situations. Soixante-deux pourcents des 1682 sondés par l'institut Sotomo veulent que ce soit le cas dans les transports publics, 53% dans les magasins, mais 37% seulement au travail.

La proportion des Suisses qui souhaitent obliger les prestataires de services ne pouvant pas respecter les distances minimales à porter un masque atteint 87%, selon un sondage rendu public jeudi. Dans ce contexte, 76% des clients ou patients devraient aussi porter un masque.

Deux sondés sur cinq veulent également rendre le masque obligatoire dans les écoles et établissements de formation. Ils sont trois sur dix à vouloir obliger le port de cette protection dans l'espace public. La Suisse alémanique se montre généralement plus timorée que les autres régions linguistiques sur la question de porter obligatoirement un masque.

Très peu porté

Actuellement, 83% des sondés ne portent pas de masque d'hygiène dans l'espace public. A l'inverse, ils ne sont que 4% à arborer tout le temps cette protection dans ce contexte. Douze pourcents y recourent parfois. De fortes variations traversent les régions linguistiques: ils sont 88% à ne jamais porter de masque en Suisse alémanique, 75% en Suisse romande et 50% au Tessin.

Le masque n'est pas la panacée aux yeux des sondés. Moins de la moitié d'entre eux (47%) jugent qu'il s'agit avant tout d'une mesure complémentaire servant avant tout à réduire la propagation du nouveau coronavirus par les personnes infectées. Seuls 10% croient que les masques offrent une protection élevée contre une contamination.

Malgré cela, une personne interrogée sur cinq est d'avis que beaucoup plus de gens devraient porter des masques en Suisse. La même proportion pense exactement l'inverse.

La difficulté de se procurer des masques vient en tête des préoccupations pour 40% des personnes ayant participé au sondage. Suivent la crainte que le personnel médical et infirmier manque de masques si la population doit en porter (27%), devant le prix des masques (26%) et le manque d'efficacité de la protection (19%). D'autres préoccupations, tels que le manque de confort ou le regard des autres sont davantage secondaires, même si ce dernier point rencontre un écho plus important en Suisse alémanique.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.