«De nouvelles inondations sont à craindre en Suisse»

MétéoPluie abondante sur une épaisse couche de neige en altitude: le cocktail s’avère explosif, selon la climatologue Martine Rebetez.

L'eau déborde sur les rives du Rhin à Bâle le samedi 14 mai 2016.

L'eau déborde sur les rives du Rhin à Bâle le samedi 14 mai 2016. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Quel rapport entre le réchauffement climatique et le mauvais temps qui frappe nos régions? Martine Rebetez, professeur à l’Université de Neuchâtel et climatologue à l’Institut fédéral WSL (recherches sur la forêt, la neige et le paysage), fait le point.

A quel point ce printemps pourri est-il particulier?

C’est le mois de mai qui l’a été. Il a fait plus froid que la norme de ces trente dernières années et il y a eu beaucoup de précipitations. Par exemple, à Lucerne et à Thoune, mai a été le mois le plus pluvieux jamais enregistré, selon MétéoSuisse, avec une quantité deux fois plus importante que la moyenne. En outre, nous avons eu par endroits des situations très orageuses, des pluies intenses qui ont provoqué des inondations locales ou régionales, comme mardi dans le Jura. Mais en Suisse, dans l’ensemble, nous avions eu de la chance jusque-là.

Vous voulez dire que nous avons échappé au pire?

En mai, du fait des températures fraîches en montagne, une grande partie des précipitations est tombée sous forme de neige, jusqu’à des altitudes relativement basses. Cela nous a épargné bien des inondations. De plus, les responsables ont bien anticipé les événements, par exemple dans la région des Trois-Lacs: le niveau d’eau a été maintenu assez tôt à un niveau suffisamment bas pour absorber de fortes précipitations.

Mais, ces derniers jours, il y a eu des débordements, notamment dans le canton de Fribourg.

C’est un cumul de phénomènes qui en est la cause: des orages extrêmement violents, des précipitations intenses sur des sols déjà gorgés d’eau, des cours d’eau qui grossissent, renforcés encore par la fonte de la neige. C’est une situation très typique de cette saison, où l’on risque encore d’avoir des problèmes. Ces jours, il a fait plus doux et il a plu jusqu’à 3000 m et plus sur une couche de neige encore très épaisse au-dessus de 2200 m, et qui fond abondamment. Cela me fait penser à l’année 1999: après les importantes chutes de neige de février, il y avait eu beaucoup de pluie en altitude au mois de mai, et donc des inondations. Cette question de l’altitude de la neige est déterminante dans un pays comme la Suisse.

Le réchauffement climatique est donc en cause?

Bien sûr. Avec 1,5 à 2 degrés de plus que dans les années 1970, la limite de la neige s’est élevée de 300 mètres en moyenne. C’est une différence énorme, qui implique que d’immenses surfaces sont concernées.

Le début de juin a aussi été très pluvieux. Comment voyez-vous la situation évoluer ces prochaines semaines? Faut-il s’attendre à de nouvelles inondations?

C’est toujours à craindre en cette saison. Mais il est arrivé très souvent que deux semaines de beau temps permettent à la neige de fondre rapidement sans causer de dégâts. Le danger peut donc s’éloigner, même si, pour le moment, aucune haute pression stable n’est annoncée sur l’Europe.

Qu’en est-il des risques d’orages violents et de grêle?

Ces phénomènes extrêmes ont toujours existé, mais plus il fait chaud, plus le danger est grand qu’ils disposent de davantage d’énergie, donc qu’ils soient plus intenses. Le changement climatique augmente clairement ces risques, mais cela ne veut pas forcément dire qu’ils se réaliseront. Ils dépendent d’une conjonction de situations météorologiques et humaines. Pour qu’il y ait catastrophe naturelle, il faut aussi que des personnes, des biens ou des infrastructures soient exposées. Ce n’est pas le cas, par exemple, quand la grêle tombe au milieu du lac. Nous devrons être toujours plus attentifs à ces risques pour les aménagements futurs. (TDG)

Créé: 08.06.2016, 17h29

Articles en relation

Les pluies ont inondé plusieurs villages

Suisse Plusieurs localités des cantons de Fribourg et Saint-Gall ont fait les frais des abondantes précipitations. Plus...

L'anticyclone salvateur se fait attendre

Pourquoi tant de pluie? «A cause des pressions plus basses qu’habituellement en cette saison, répond Vincent Devantay, de MeteoNews. L’anticyclone situé sur le nord de l’Europe ces dernières semaines s’est déplacé au milieu de l’Atlantique, bien trop loin pour influencer le temps sur nos régions. Et il ne va pas se rapprocher avant le milieu de la semaine prochaine.» Le champ est donc libre pour la masse d’air dépressionnaire, humide et instable qui occasionne orages violents et inondations de la France à l’Autriche, en passant par l’Allemagne et la Suisse.

Autre caractéristique notée par le spécialiste: en raison des vents très faibles, le volume des précipitations peut varier du tout au tout à quelques kilomètres d’intervalle. Impossible, dès lors d’établir des prévisions très précises localement.

Vincent Devantay prévoit une accalmie pour aujourd’hui et demain en Suisse romande, alors que des précipitations abondantes pourraient encore se produire au centre et dans l’est du pays. Une nouvelle dégradation orageuse est attendue ce week-end.

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Tessin uni derrière Cassis
Plus...