Le nouveau parti des travailleurs est... l'UDC!

PolitiqueUne étude montre que les ouvriers se sont lentement détournés du Parti socialiste avec l'évolution de son discours.

Toni Brunner (gauche), le futur ex-président de l'UDC, discute avec son homologue du PS, Christian Levrat.

Toni Brunner (gauche), le futur ex-président de l'UDC, discute avec son homologue du PS, Christian Levrat. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Parti Socialiste (PS) s'est vu constamment reprocher ces dernières années de ne plus être le parti des travailleurs. Et bien, c'est vrai, comme l'ont confirmé deux chercheurs proches du parti dans une étude citée dans le Blick.

La politologue Line Rennwald et l'historien Adrian Zimmermann ont analysé les choix des citoyens lors des élections entre 1971 et 2011. Tous deux sont partis du principe qu'un travailleur est une personne dépendant d'un salaire et travaillant dans une logique technique avec une activité qualifiée, semi-qualifiée et non qualifiée.

L'UDC a rempli un vide

Ils ont ainsi relevé que la part des travailleurs qui votait pour le PS avoisinait les 38% en 1975, contre 16% en 2011. Dans le même temps, le vote UDC dans cette catégorie de la population grimpait à 40%, contre 8% à peine en 1975.

Les deux chercheurs se sont basés sur les résultats de sondages menés lors de dix élections fédérales dans le cadre de leur étude Social Change in Switzerland. Ils ont ainsi découvert que l'UDC s'est mis à remplir un vide dans les rangs des travailleurs dès le milieu des années 90.

Le discours a changé

Ces résultats surprennent car l'UDC ne s'est jamais profilée comme le parti des ouvriers, leur préférant les thèmes européens ou migratoires. Les deux chercheurs expliquent que le discours de l'UDC trouve un écho au sein de cette catégorie de la population, bien que cette dernière ne profite pas de la politique prônée par la formation populiste, que ce soit en termes sociaux ou économiques.

Le changement du discours au sein des partis a provoqué ce glissement de l'électorat. Le PS se présente en effet toujours plus comme un parti de l'environnement, de la paix et des femmes. En outre, l'appartenance de classe s'est beaucoup atténuée lors de ces quarante dernières années.

(nxp)

Créé: 08.02.2016, 13h51

Articles en relation

Le PDC conserve son 2e siège au Conseil d'Etat

Canton de Zoug Martin Pfister a devancé nettement le socialiste et membre du Grand Conseil Zari Dzaferi. Plus...

«La Suisse doit se redonner une perspective européenne»

Parti socialiste Le parti socialiste a livré sa vision des grands enjeux à venir lors de son traditionnel apéritif des médias de l’Épiphanie. Plus...

Christian Levrat candidat au législatif de sa commune

Canton de Fribourg Le président du parti socialiste suisse brigue un siège au Conseil général de Vuadens lors des élections du 28 février. Plus...

Le glissement à droite va atteindre les cantons

Suisse Les partis bourgeois devraient confirmer leur poussée lors des futures élections cantonales à venir. Plus...

Albert Rösti, un UDC bernois qui défend l'aile dure

Succession Chef de campagne alémanique de l'UDC lors des élections fédérales, Albert Rösti a contribué au succès de son parti au Conseil national. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.