Neuf étangs sur dix ont disparu en deux siècles

SuissePrès de 90% des mares ont été sacrifiées au profit de l’intensification de l’agriculture depuis la fin du 18e siècle.

L'étang de la Gruère.

L'étang de la Gruère. Image: Archives/Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Suisse ne compte plus qu'un dixième des étangs qui s'y trouvaient encore à la fin du 18e siècle. Pour la biodiversité et la protection contre les crues, c'est critique, a averti le biologiste genevois Beat Oertli mardi lors d'une journée d’information de l’Eawag.

Étangs asséchés, ruisseaux mis sous terre, pollution due aux engrais et aux pesticides, le bilan des atteintes portées par l’agriculture à l’eau est lourd, a indiqué l'Institut de recherche sur l'eau Eawag dans un communiqué.

Cette année, l’Eawag a intitulé sa journée d’information «L’agriculture et les cours d’eau des approches de solution aux défis actuels». À Dübendorf (ZH), près de 300 experts issus des milieux scientifiques, administratifs et politiques se sont penchés sur cette problématique.

Environ 32'000 étangs et mares recensés actuellement en Suisse, cela semble un chiffre respectable. C'est oublier que près de 90% ont été sacrifiés à l’intensification de l’agriculture, a résumé Beat Oertli, de la Haute école spécialisée de Suisse Occidentale à Genève.

Mieux protéger les étangs

Les étangs sont des points chauds de biodiversité, et on ne dénombre plus aujourd’hui que huit petits plans d’eau pour dix kilomètres carrés. Dans les zones d’agriculture intensive, il est rare d’en trouver encore un sur une telle surface.

C’est aussi une perte pour d’autres services écosystémiques, par exemple l’épuration de l’eau, la rétention des crues ou la protection contre l’érosion. Les drainages et remblais mettent en danger non seulement certains étangs, mais aussi tout le réseau de petits plans d’eau d’une zone.

M. Oertli demande par conséquent de mieux protéger les étangs restants et, à chaque fois que cela est possible, d’en aménager de nouveaux ainsi que suffisamment de larges zones riveraines. «L’idée n’est ni insensée, ni complexe à réaliser, ni même très chère», a-t-il conclu. (ats/nxp)

Créé: 05.09.2017, 12h45

Articles en relation

Tester des cellules plutôt que des poissons vivants

Eawag Des chercheurs suisses et britanniques suggèrent de réaliser les tests toxicologiques sur des cellules de poissons afin d'éviter de sacrifier ces derniers. Plus...

Se chauffer à l'eau du lac plutôt qu'au nucléaire

Environnement Selon une étude publiée par l'institut de recherche Eawag, l'eau des grands lacs helvétiques pourrait fournir l'équivalent en énergie d'une ou deux centrales nucléaires. Et ce sans causer de dommages à l'environnement. Plus...

Les poissons disparaissent des lacs suisses

Etude La détérioration de l'écosystème des lacs suisses a un grave impact sur la diversité des poissons qu'ils abritent, indique une étude de l’Eawag et de l’Université de Berne. Un phénomène de croisement d'espèces autrefois distinctes est même en cours. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les HUG enseignent désormais l'hypnose
Plus...