Passer au contenu principal

Neuchâtel veut interdire les pailles en plastique

Neuchâtel est la première ville en Suisse à viser un abandon complet des pailles en plastique d'ici janvier 2019.

La Ville de Neuchâtel fait un geste pour l'environnement inédit en Suisse. Elle veut bannir les pailles jetables en plastique des bistrots d'ici début 2019. Pour leur sirop ou mojito, les clients recevront des pailles biodégradables ou lavables, en inox ou en bambou.

«Neuchâtel est fière d'être la première ville de Suisse à prendre des dispositions pour interdire les pailles en plastique dans les établissements publics», s'est félicitée la conseillère communale Violaine Blétry-de Montmollin (photo). L'interdiction devrait entrer en vigueur dès le 1er janvier 2019.

Pour préparer les restaurateurs à cette échéance, Neuchâtel a lancé une campagne d'incitation et de sensibilisation, a souligné vendredi la conseillère communale. Les établissements publics peuvent se faire livrer gratuitement un kit de 400 pailles compostables, ainsi que des affiches et autocollants pour sensibiliser les clients.

La décision de bannir les pailles est le fruit d'une réflexion menée en partenariat avec l'association neuchâteloise «En Vert et contre tout» qui milite pour le développement durable. Cette démarche a aussi obtenu le soutien de GastroNeuchâtel et rencontré un accueil positif auprès des restaurateurs.

Opération «Papaille»

C'est en avril que l'association «En Vert et contre tout» a lancé en Suisse romande le projet «Papaille» destiné à bannir les pailles en plastique. Depuis lors, une quinzaine d'établissements publics de Neuchâtel ont décidé de s'associer à cette démarche.

Ce sont les résultats de cette opération qui ont convaincu le Conseil communal neuchâtelois de franchir le pas et de s'engager en faveur de l'interdiction pure et simple des pailles en plastique dans tous les établissements publics du territoire communal.

«La paille est le symbole de la société du tout jetable», a expliqué Leïla Rölli (à gauche sur la photo), fondatrice de l'association «En Vert et contre tout» et initiatrice du mouvement «Papaille». Elle relève que cette démarche pour l'environnement est facile, économique et permet à tout un chacun de faire un petit geste au quotidien.

Pour satisfaire les enfants et les amateurs de frappés, Leïla Rölli propose des alternatives à la paille en plastique: il existe ainsi des pailles comestibles à base d'algues parfumées à différents arômes, des pailles lavables en inox, verre, bambou ou plastique dur, ainsi que des pailles biodégradables en papier.

Prise de conscience

Chaque jour, les Américains utilisent 500 millions de pailles, selon des chiffres avancés par la revue National Geographic. Mais depuis quelques années, des Etats et des villes se mobilisent contre ce fléau et sensibilisent leurs citoyens à la problématique des objets jetables.

La reine Elisabeth II a ainsi déclaré la guerre au plastique jetable en bannissant ce matériau des domaines de la propriété royale, pailles comprises. A Toronto et Vancouver au Canada, de plus en plus d'établissements abandonnent les pailles jetables en réaction à un mouvement populaire croissant.

Pour les organisations de protection de l'environnement, les pailles en plastique sont un fléau pour la planète, contribuant à la pollution des sols et des cours d'eau. Elles font partie des objets les plus couramment retrouvés sur les rivages.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.