Passer au contenu principal

AlimentationNestlé: travail forcé dénoncé dans la sous-traitance

Selon l'association Actares, le recours au travail des enfants serait pratiqué par des sous-traitants de la multinationale veveysanne en Malaisie.

Actares souhaite que Netslé renforce son engagement en faveur de conditions équitables sur les plantations et assure la transparence dans ce domaine.
Actares souhaite que Netslé renforce son engagement en faveur de conditions équitables sur les plantations et assure la transparence dans ce domaine.
Keystone

En vue de la prochaine assemblée générale de Nestlé, qui doit se tenir ce jeudi sous forme virtuelle, coronavirus oblige, l'association Actares invite le géant de Vevey à renforcer ses efforts en vue d'assurer des conditions de travail équitables sur ses plantations de palmier à huile.

Se basant sur un rapport de l'ONG Solidar Suisse, Actares dénonce notamment le recours au travail des enfants et au travail forcé à grande échelle pratiqué par des sous-traitants de Nestlé dans des plantations de palmiers à huile en Malaisie.

«Nestlé a certes publié une liste de ses sous-traitants, mais a également mis en place un système par le biais duquel le groupe délègue à ces derniers la responsabilité de la mise en oeuvre de ses recommandations en faveur des droits humains et des travailleurs, ainsi que dans le domaine environnemental», signale Actares.

L'association de défense des actionnaires dénonce mercredi dans un communiqué un procédé «hautement discutable». La multinationale veveysane s'en remet ainsi au seul engagement de ses partenaires pour appliquer ses propres dispositions, et ce «sans compensation financière et avec très peu de mécanismes de contrôle».

Pour plus de transparence

«Il est grand temps que (Nestlé) renforce son engagement en faveur de conditions équitables sur les plantations et assure la transparence dans ce domaine», estime Actares, qui exige que les engagements pris en matière de droits humains soient respectés sur toute la chaîne de création de valeur, de l'extraction des matières premières à la livraison du produit final.

Evoquant le dernier rapport de durabilité du groupe, l'association rappelle que Nestlé se vante de ses efforts en faveur des droits humains ainsi que de l'environnement. Elle regrette cependant qu'il faille souvent qu'un scandale éclate pour que des mesures soient prises, citant comme exemple la surexploitation des eaux de Vittel.

Dans une prise de position écrite, Nestlé a indiqué «espérer» de tous ses fournisseurs qu'ils respectent les standards de l'entreprise en matière d'approvisionnement responsable auxquels ils s'engagent. «Les abus des droits de travail sont inacceptables et nous mettons tout en oeuvre pour les éliminer de notre chaine d'approvisionnement», a assuré un porte-parole.

Nestlé dit travailler «activement et étroitement» avec ses fournisseurs «pour les aider à identifier les risques liés aux problèmes environnementaux et sociaux et prendre des mesures correctives en cas de manquements». La multinationale se réserve aussi le droit de suspendre sa collaboration avec eux «lorsqu'il n'y a pas de volonté de mettre en place des plans d'améliorations».

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.