Nestlé recourt dans une affaire de harcèlement

Tribunal fédéralLe groupe basé à Vevey se tourne vers le Tribunal fédéral (TF), contestant sa condamnation pour harcèlement moral d'une ex-cadre.

Yasmine Motarjemi doit maintenant attendre la décision du Tribunal fédéral.

Yasmine Motarjemi doit maintenant attendre la décision du Tribunal fédéral. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nestlé s'oppose à la décision de la Cour civile d'appel vaudoise dans une affaire de mobbing. Reconnu coupable d'avoir harcelé moralement une ancienne cadre, le géant de l'alimentaire a saisi le Tribunal fédéral (TF).

La multinationale basée à Vevey ne conteste toutefois plus tous les points reprochés par Yasmine Motarjemi, ex-directrice de la sécurité des aliments. Nestlé reconnaît ainsi «le harcèlement moral» subit par cette employée lorsqu'elle travaillait dans l'entreprise, explique jeudi un porte-parole du groupe, confirmant à Keystone-ATS une information de la «NZZ».

«Cependant, nous ne sommes pas d'accord avec la Cour d'appel civile et croyons fermement que la société a pris les mesures adéquates quand cette situation a été portée à notre attention», poursuit ce porte-parole pour justifier le recours au TF. Nestlé juge également que les offres de transfert proposées à cette employée et l'enquête externe menée pour dénouer le conflit «ne constituaient pas du harcèlement.»

Cela fait plus de dix ans que Mme Motarjemi se bat contre Nestlé. Débauchée à l'OMS en 2000, l'ex-cadre est entrée en conflit quelques années plus tard avec son nouveau supérieur. Elle a aussi reproché à la multinationale sa gestion de la sécurité sanitaire des aliments. Mise à l'écart et mobbée, elle a finalement été licenciée en 2010, avant de porter plainte une année plus tard.

Deux millions réclamés

Fin 2015, le procès de première instance a vu plusieurs dirigeants de Nestlé, dont l'ancien patron Paul Bulcke (désormais président du groupe), venir témoigner devant le Tribunal d'arrondissement de Lausanne. Ils avaient réfuté catégoriquement les accusations de mobbing.

Le Tribunal d'arrondissement a d'abord reconnu l'existence de harcèlement, mais disculpé Nestlé. Ce jugement n'a toutefois pas été entièrement suivi par la Cour civile d'appel. Celle-ci a estimé que la multinationale était bel et bien fautive dans un arrêt rendu en janvier dernier.

Mme Motarjemi a répété plusieurs fois avoir été «détruite mentalement et moralement» à cause de cette affaire. Elle réclame un franc symbolique pour tort moral, ainsi que le paiement de 2,1 millions de francs pour ses frais et la perte de gain. (ats/nxp)

Créé: 20.02.2020, 10h58

Articles en relation

L’incertitude sanitaire chinoise inquiète Nestlé

Alimentation À ce jour, le géant veveysan juge toutefois qu’il est prématuré d’estimer l’impact de l’épidémie sur ses affaires. Plus...

Nestlé se renforce dans la nutrition médicale

Economie La multinationale helvétique va acquérir le Zenpep, un médicament destiné aux personnes ne digérant pas correctement les aliments. Plus...

Nestlé rassure avec sa rentabilité en 2019

Alimentation Les chiffres dévoilés par le groupe basé à Vevey sont légèrement inférieurs aux attentes mais le dividende en hausse devrait faire oublier cette petite déception. Plus...

L'alimentation sur-mesure: le défi de Nestlé

Industrie alimentaire Jusqu'où iront les consommateurs pour livrer leurs données personnelles afin d'avoir une nourriture personnalisée? La direction de Nestlé explique les enjeux. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...