Passer au contenu principal

Le National va indemniser les enfants placés.

La Suisse devrait s’éviter une campagne de votation douloureuse sur l’une des pages les plus sombres de son histoire.

A l’origine de l’initiative de réparation, Guido Fluri (au centre) savoure «un moment historique».
A l’origine de l’initiative de réparation, Guido Fluri (au centre) savoure «un moment historique».
Keystone

La Suisse devrait s’éviter une campagne de votation douloureuse sur l’une des pages les plus sombres de son histoire. Le Conseil national a accepté hier de verser 300 millions pour les victimes de placements abusifs. «C’est un pas vers la réconciliation», a souligné la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga. «Un moment historique», pour Guido Fluri. Ancien enfant placé, ce Soleurois devenu entrepreneur millionnaire est à l’origine de l’initiative sur la réparation. «J’espère que ce vote soulagera les victimes.» Dans la foulée, il annonce que le comité pourrait retirer son texte, si les Etats confirment cette décision. «Ce contre-projet est un message fort. On peut l’accepter.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.