La Municipalité de Dubaï chez Sicpa, au cœur du «Swiss made»

EconomieL’entreprise de Prilly, spécialisée dans les solutions de traçabilité et d’authentification, a signé un gros contrat avec la cité émiratie pour la certification de la distribution de l’eau mais aussi des produits halal. Un gigantesque marché.

Hussain Lootah, directeur général de la Municipalité de Dubaï (2ème depuis la gauche), aux côtés de hauts fonctionnaires de la métropole des Emirats arabes unis, en visite chez Sicpa, à Prilly, dans le laboratoire de recherche sur les encres pour les billets de banque

Hussain Lootah, directeur général de la Municipalité de Dubaï (2ème depuis la gauche), aux côtés de hauts fonctionnaires de la métropole des Emirats arabes unis, en visite chez Sicpa, à Prilly, dans le laboratoire de recherche sur les encres pour les billets de banque

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Visite inhabituelle jeudi au siège de Sicpa, société réputée pour ses encres spéciales pour l’impression des billets de banque et experte dans les solutions de traçabilité et d’authentification: elle recevait, en toute discrétion, la Municipalité de Dubaï dans son site sous haute sécurité de Prilly. Un peu plus d’un an après avoir signé un important contrat avec la firme vaudoise, qui va lui fournir sa technologie pour renforcer le contrôle de l’approvisionnement en eau de la population, le directeur général de la métropole aux gratte-ciel monumentaux, Hussain Lootah, accompagné de hauts fonctionnaires, voulait, selon ses termes, mesurer la capacité de la compagnie dans cette activité de pointe et s’assurer de sa solidité.

L’eau, essentiellement dessalinisée, est une denrée précieuse dans les Emirats arabes unis où on en consomme près de 500 litres par jour en moyenne, soit trois fois plus qu’en Suisse. Et la demande est encore en forte croissance… Dubaï, qui s’honore du titre de «City of Sustainability and Happiness», se veut à l’avant-garde dans la numérisation des tâches de l’administration publique. Elle a ainsi fait appel à Sicpa pour lui fournir sa technologie de traçabilité pour les bonbonnes d’eau rechargeables de cinq gallons (près de 19 l.). Celle-ci doit garantir aux consommateurs l’origine, la qualité ainsi que le nombre de remplissages autorisés par le cycle de vie du récipient, soit 40.

Eviter la contrebande

La solution Swiss made consiste à graver un code unique sur chaque bonbonne avec un système sécurisé d’identification et à poser une étiquette nouvelle lors de chaque opération de remplissage. L’usager peut ainsi, grâce à une application, vérifier sur son smartphone toutes les données de l’eau qu’il va ingurgiter en scannant l’étiquette et détecter un éventuel produit non certifié ou de contrebande. Cette nouvelle solution va entrer en vigueur d’ici à la fin de l’année, a indiqué la Municipalité émiratie.

Mais le contrat de Sicpa comprend un autre volet de sécurité alimentaire dans un marché faramineux: les produits halal. Dubaï compte se profiler sur ce marché à l’échelle mondiale afin de garantir aux membres de la communauté musulmane, y compris en Suisse, que les aliments et boissons qu’ils consomment répondent aux conditions particulières de production halal. La direction de la ville veut diffuser sa propre étiquette intelligente à code-barres et faire la différence parmi les nombreux labels caractérisant ce marché. Elle a annoncé mercredi qu’elle allait lancer tout prochainement ce produit de certification pour la viande halal développé dans le centre de recherche de Prilly.

S’il n’a pas manqué de découvrir une fromagerie à Gruyères ce jeudi, avant de visiter des instituts à l’EPFL, le groupe conduit par Hussain Lootah a d’abord pour mission, durant les deux jours de son séjour à Lausanne, de découvrir les centres de R&D de Sicpa, ses installations de production et les potentiels des futurs systèmes de certification. Ce domaine des solutions de traçabilité et d’authentification a pris aujourd’hui une part très importante du chiffre d’affaires de la multinationale, à côté de son activité historique dans les encres et solutions de sécurité des billets de banque.

Affaires en dents de scie

Cette stratégie de diversification, voulue par le PDG de Sicpa, Philippe Amon, représentant de la famille propriétaire, n’est pas sans difficulté. Dans ce créneau à fort potentiel, les affaires marchent en dents de scie, entraînant parfois d’importantes restructurations.

La société ne communique toutefois pas sur son organisation interne et sur le nombre de ses collaborateurs. Officiellement, il y a toujours 700 employés à Prilly – sur un total de 1000 dans le canton avec le site de Chavornay – après l’annonce en juin dernier d’un plan de réorganisation touchant 150 personnes. Toutefois, ces dernières années, l’entreprise a créé plusieurs «centres d’excellence» dans le monde, notamment en Malaisie et au Maroc, où travaillent de nombreux chercheurs et ingénieurs. (TDG)

Créé: 06.10.2017, 17h20

La nouvelle étiquette «intelligente» de Sicpa pour les produits halal.

Dubaï, une terre promise

Depuis une quarantaine d’années, et grâce aux revenus de l’or noir, le modeste port marchand et de pêche de Dubaï s’est transformé en une cité moderne et démesurée. En ce IIIe millénaire, les Emiratis ont l’ambition d’être un «hub de l’économie Internet» se proclamant la «Silicon Valley arabe». Aujourd’hui, grâce à leurs technologies numériques d’avant-garde, et malgré leur petite taille, plusieurs start-up vaudoises ont fait de Dubaï leur terre promise.

Certaines sont issues de la Haute Ecole d’ingénierie et de gestion du canton de Vaud (HEIG-VD) comme Novaccess qui est en train d’équiper les réseaux connectés de la défense incendie de près de 600 villas dans deux quartiers de Dubaï en partenariat avec le service de Défense civile. Alors que NetGuardians, qui commercialise un logiciel de gestion des risques opérationnels bancaires et de détection des fraudes a un bureau dans la même ville.

Combagroup, près d’Yvonand, qui produit des serres de production automatisée de batavias, pommées et feuilles de chêne hors-sol, a, elle, un projet très avancé, près de Dubaï, avec un grand partenaire local. Celui-ci veut s’équiper d’un complexe de 40 ha et de toute la chaîne de production de salades, de la graine au sachet, qui serait fournie par la société nord-vaudoise!

L’entreprise d’origine lausannoise Hydros Innovation a largué les amarres de l’EPFL, reprise par le groupe ENATA Industries propriété d’un Français. Elle construit sur un chantier naval de Dubaï son nouveau bateau de plaisance révolutionnaire à foils («ailes d’eau») et moteur hybride. Société basée dans la même école, Swissinso a aussi choisi de voler du côté de cette métropole il y a quelques années pour créer une joint-venture avec une compagnie émiratie. Elle commercialise son invention d’un verre solaire coloré utilisant des technologies photovoltaïques et thermiques afin d’intégrer les panneaux dans l’architecture du bâtiment.

Mais, à l’image de Bestmile, qui développe l’intelligence des flottes de véhicules sans conducteur, plusieurs jeunes sociétés misent sur l’Exposition universelle de Dubaï en 2020 où les véhicules autonomes circuleront en maître. J.-M.C.

De l’eau au marché des produits halal

A la tête d’une délégation venue découvrir la manière dont la technologie de traçabilité alimentaire de Sicpa fonctionne, Hussein Lootah, directeur général de la Municipalité de Dubaï, donne des détails sur les récents contrats signés entre sa ville et la multinationale vaudoise. Interview.

De quelle manière est née votre alliance avec Sicpa?

Nous avons établi des contacts lors d’une conférence internationale organisée à Dubaï sur la sécurité alimentaire. Après plusieurs rencontres, nous avons débouché sur le développement de deux projets. Le premier concerne la sécurité de l’approvisionnement en eau de la ville (lire ci-contre) et le second se charge de la traçabilité de produits halal à base de viande.

Quelles compétences une société comme Sicpa peut-elle apporter à Dubaï?

Dans le domaine de la sécurité alimentaire, il existe peu d’entreprises bénéficiant d’une notoriété et d’une confiance similaires à celles de Sicpa. En compilant leurs capacités techniques à nos connaissances du monde musulman, nous avons développé un logo international de certification pour les produits halal.

Quelles sont vos ambitions avec un tel label?

Nous souhaitons en faire un standard mondial dans le but de répondre à la forte demande en produits halal certifiés. Notre objectif est de réussir à s’octroyer environ 10% de ce marché (estimé en 2015 à 415 milliards de dollars, selon des chiffres fournis par Sicpa).

Vos projets concernent aujourd’hui l’eau et la viande halal, est-ce que d’autres pistes sont envisagées?

Nous pourrions élargir notre partenariat à d’autres aliments, mais aussi aux cosmétiques ou encore aux médicaments.

Quel regard porte Dubaï sur la Suisse?

Nous sommes conscients de la qualité des produits en provenance de Suisse. Beaucoup de sociétés helvétiques sont d’ailleurs actives à Dubaï et une vraie relation de confiance s’est établie entre nos deux pays.
Olivier Wurlod

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...