Monsieur Retraite est genevois et veut sauver la réforme Berset

Assurances sociales Les caisses de retraite enjoignent les parlementaires à faire des compromis pour assurer l'avenir du premier et du deuxième pilier.

L'Association Suisse des Institution de Prévoyance soutient la hausse de l’âge de la retraite des femmes à 65?ans, la diminution du taux minimal de conversion LPP de 6.8 à 6%. Par contre, elle ne veut pas de la hausse des rentes de 70?francs.

L'Association Suisse des Institution de Prévoyance soutient la hausse de l’âge de la retraite des femmes à 65?ans, la diminution du taux minimal de conversion LPP de 6.8 à 6%. Par contre, elle ne veut pas de la hausse des rentes de 70?francs. Image: DR/EcoCH

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Prévoyance 2020» doit réussir! L’Association Suisse des Institution de Prévoyance (ASIP) a lancé un appel ce mardi à tous les acteurs politiques pour qu’ils fassent preuve de compromis dans le cadre de cette vaste réforme qui doit assurer l’avenir des retraites en Suisse. Le calendrier de cette annonce ne doit rien au hasard. L’appel de l’ASIP intervient juste avant que la Commission de la santé publique et de la sécurité sociale du Conseil national ne se penche en deuxième lecture sur le projet. Un dossier où la gauche, le centre et la droite se livrent une bataille acharnée. Une conférence de presse est d’ores et déjà annoncée pour vendredi après-midi. Le plénum – lui – devrait se prononcer lors de la session de septembre. L’ASIP se lance donc avec toute son énergie dans le sprint final pour obtenir un projet équilibré capable de passer l’écueil d’une votation populaire. Interview de son tout nouveau président, le Genevois Jean Remy Roulet.

Êtes-vous convaincu par la tournure prise par la réforme des retraites ?

Nous soutenons l’idée de lier le premier et le deuxième pilier. Si l’on prend la copie rendue par le Conseil des Etats, il y a très peu de changements à apporter. Nous soutenons la hausse de l’âge de la retraite des femmes à 65 ans. La diminution du taux minimal de conversion LPP de 6.8 à 6% est aussi une bonne chose. Par contre, nous ne voulons pas de la hausse des rentes de 70 francs. Il faut savoir raison garder, et ne pas être tenté par des solutions maximalistes, qu’elles viennent de droite ou de gauche. Comme augmenter les rentes sans en assurer le financement, ou au contraire les diminuer ou augmenter l’âge de la retraite sans compensation. C’est un bon équilibre qui est discuté actuellement. Il serait dangereux de changer de ligne.

La hausse de l’AVS de 70 francs devait justement compenser la baisse du deuxième pilier. Comment allez-vous assurer les rentes?

Il y a plusieurs mesures techniques pour compenser cette baisse du taux de conversion. La solution des 70 francs, c’est une solution politique, négociée dans la législature précédente, et sur laquelle nous n’avons pas forcément un avis à donner. Nous, nous voulons simplement dire aux politiques, que la diminution de ce taux peut-être compensé par des mesures propres à la prévoyance, sans toucher à l’AVS. Mais la seule chose qu’on leur demande vraiment, c’est de tout faire pour que cette réforme passe.

Vous craignez que la droite qui s’est renforcée aux dernières élections aille trop loin?

L’analyse est simple. Si le Parlement est trop polarisé, la population tranchera et la réforme risque de ne pas aboutir. C’est un jeu dangereux. C’est pourquoi nous lançons cet appel à la modération. Ce qui va sortir de la Commission du national ne sera pas ce que le Conseil des Etats a décidé lors de la dernière législature. Aujourd’hui, nous demandons au politicien d’obtenir un compromis acceptable. Nous faisons notre travail de mise en garde pour le bien-être des rentiers et des affiliés que nous servons. Les assurés ont le droit d’avoir un système équilibré.

Quelles seraient les conséquences pour les caisses de pension en cas d’échec?

Pour nous en tant que gérants, il n’y a pas tellement de risques. Il faudra faire avec des paramètres nouveaux, et gérer les bilans de nos caisses de façon à les assurer. La loi nous oblige à les doter de couverture à 100%, donc on va devoir augmenter les cotisations. On devra probablement réduire certaines prestations. Et ça, dans l’urgence, car le vieillissement de la population ne va pas s’arrêter.

(TDG)

Créé: 16.08.2016, 12h56

Directeur de la Caisse paritaire de prévoyance de l'industrie et de la construction à Genève, le Genevois Jean Remy Roulet est le nouveau président de l'Association suisse des institutions de prévoyance (ASIP.

Articles en relation

Les Suisses sont tentés par une hausse des rentes AVS

Votation du 25 septembre Selon un sondage, le projet d’économie verte et la loi sur le renseignement sont aussi bien partis. Plus...

Alliance de façade contre l’initiative AVSplus

Retraites Unis pour s’opposer au texte, les partis bourgeois restent divisés sur les solutions pour assurer l’avenir des retraites. Plus...

Augmenter l’AVS de 10%? On n’a pas les moyens!

Votations du 25 septembre Alain Berset a lancé hier la campagne contre l’initiative AVSplus. Pour assurer nos retraites, il défend son propre projet. Plus...

«Face à la crise du 2e pilier, il faut réagir et renforcer le 1er pilier»

Initiative AVSplus Doris Bianchi, secrétaire dirigeante de l'Union syndicale suisse, défend l'initiative soumise au peuple le 25 septembre Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Manuel Valls candidat à la mairie de Barcelone
Plus...