Passer au contenu principal

Pas de mise hors service pour la tranche 2 à Beznau

L'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire estime que la centrale de Beznau est toujours exploitable malgré la découverte de défaillances. Greenpeace regrette.

La tranche 2 de Beznau doit être révisée à partir du 12 août.
La tranche 2 de Beznau doit être révisée à partir du 12 août.
ARCHIVES, PHOTO D'ILLUSTRATION, Keystone

La tranche 2 de la centrale nucléaire de Beznau, à Döttingen (AG), ne doit pas être mise hors service prématurément après la découverte de défaillances dans la cuve de pression de la tranche 1. C'est ce qu'a annoncé ce jeudi 23 juillet 2015 l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN).

Axpo, la société exploitante de la centrale de Beznau, «a pu démontrer à l'IFSN de manière plausible que la sécurité est suffisamment garantie». L'hypothèse que la cuve du réacteur numéro 2 comporte des défauts similaires à la cuve du réacteur numéro 1 a été prise en compte, a précisé l'IFSN.

Regret de Greenpeace

Greenpeace regrette la décision de l'IFSN de ne pas immédiatement déconnecter le réacteur 2 du réseau, a indiqué jeudi l'organsiation écologiste dans un communiqué. Il aurait été indiqué de l'arrêter par prudence après la découverte de défaillances dans la cuve du réacteur 1. Poursuivre l'exploitation est «imprudent».

Greenpeace salue toutefois la transparence dont l'IFSN fait preuve en publiant les détails des éléments d'information apportés par Axpo à propos du réacteur 2. L'organisation écologiste demande que l'IFSN fasse de même pour le réacteur 1 et «pose toutes les cartes sur la table».

Révision dès le 12 août

La tranche 2 de Beznau doit être révisée à partir du 12 août. «Etant donné que Beznau 2 possède des marges relativement importantes en matière de sécurité pour la rupture fragile de la cuve de pression, la probabilité d'un accident pour les trois semaines restantes jusqu'à la révision planifiée est extrêmement faible, même avec les défauts supposés», écrit l'IFSN.

«Pas un blanc-seing»

L'IFSN a aussi effectué ses propres estimations, a précisé Georg Schwarz, suppléant du directeur de l'IFSN, cité dans le communiqué. L'évaluation actuelle n'est toutefois «pas un blanc-seing», elle n'est valable que pour la courte durée d'exploitation restante.

La cuve du réacteur numéro 2 sera aussi analysée «avec précision en vue d'une évaluation définitive». Lors de la révision annuelle qui débute le 12 août, des examens spéciaux du matériau de base de la cuve de pression seront réalisés, comme l'IFSN l'avait ordonné en 2013.

Pas de fissures

Le 16 juillet, Axpo a annoncé une prolongation de la révision du réacteur 1 de Beznau de trois mois en raison de défauts dans le matériau des cuves de pression. Il ne s'agit pas fissures, mais éventuellement de salissures ou de variations dans l'épaisseur du matériau par endroits, a expliqué Axpo.

L'IFSN attend d'Axpo que les indications par ultrasons soient examinées plus en profondeur et évaluées. Le réacteur 1 ne pourra être redémarré que lorsque la sécurité des cuves de pression sera garantie, selon l'IFSN.

Mercredi lors d'une conférence de presse à Berne, Greenpeace a exigé que les défaillances constatées soient soumises à une commission d'experts indépendants. Ce comité conseillera ensuite l'IFSN quant à la poursuite de l'exploitation. L'IFSN a déjà prévu d'associer des experts internationaux.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.