Micheline Calmy-Rey est pour une pause avec l'UE

DiplomatieL'ex-conseillère fédérale verrait d'un bon oeil une pause dans les négociations avec Bruxelles. Elle prône la mise en place d’un Secrétariat d’État aux questions européennes.

L'ancienne ministre Micheline Calmy-Rey est également professeure invitée à l'Université de Genève.

L'ancienne ministre Micheline Calmy-Rey est également professeure invitée à l'Université de Genève. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Malgré son départ du Département fédéral des affaires étrangères, Micheline Calmy-Rey distille régulièrement ses conseils en matière de politique étrangère. Ce jeudi, la conseillère fédérale a accordé une interview au journal Le Temps au sujet des négociations entre Berne et Bruxelles en vue d'un accord institutionnel avec l’Union européenne (UE). Et, alors que le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker est attendu en Suisse ce mois de novembre, elle ne voit aucun intérêt pour la Suisse à précipiter les choses.

Pour l'ancienne ministre, tant la Suisse que l'UE rencontrent un problème de timing. Pour Bruxelles, la question du Brexit pourrait l'inciter à négocier rapidement un accord qui fasse office de «repoussoir aux yeux de Londres». Mais l'UE pourrait aussi vouloir faire une pause, «pour ne pas donner à la Grande-Bretagne ce qu'elle aurait accordé à la Suisse».

Un nouveau Secrétariat d’État?

Un dernier cas de figure qui pourrait être intéressant pour Berne, selon Micheline Calmy-Rey. «La Suisse pourrait utiliser ce temps pour essayer de trouver un consensus interne et organiser plus efficacement les choses au niveau de l’administration fédérale. Je pense en particulier à la mise en place d’un Secrétariat d’État aux questions européennes.» Selon elle, celui-ci pourrait améliorer la coordination entre départements, la cohérence et la visibilité de la politique européenne.

Elle évoque aussi Ignazio Cassis qui a pris mercredi les rênes du Département fédéral des affaires étrangères et de sa volonté de presser le bouton «reset» dans le dossier européen. «J’ai des doutes quant à la capacité de M. Cassis de refaire un mandat de négociation tout neuf! Il faudra bien continuer les négociations engagées et elles prendront du temps.»

Mieux expliquer

Mais pour la socialiste genevoise, le temps ne joue pas forcément contre la Suisse et pourrait servir à organiser un consensus intérieur. «Or, en tant que citoyenne, j’ai de la peine à voir ce que veut le Conseil fédéral en termes de politique européenne. Mais au moment où il y aura une votation populaire sur l’accord institutionnel, il faudra bien l’expliquer. On se confrontera alors à la notion des 'juges étrangers'».

Selon Micheline Calmy-Rey, il est donc important que le Conseil fédéral profite un temps de pause - si pause il y a - pour prendre sont bâton de pèlerin et expliquer la situation aux Suisses. (nxp)

Créé: 02.11.2017, 11h20

Articles en relation

La bataille sur l’avenir des Bilatérales peut commencer

Migration Le National balaie l’initiative RASA, sans contre-projet. Adversaires et défenseurs de la libre circulation ont d’autres priorités. Plus...

Malgré le sauvetage des bilatérales, l'initiative RASA reste en jeu

Immigration de masse Le comité décide de maintenir la pression. Compte tenu des incertitudes, pas question de retirer l'initiative. Plus...

Le Conseil fédéral tente un coup de poker sur le dossier européen

Suisse-UE Le gouvernement renonce au contre-projet sur RASA. Le sort des Bilatérales sera tranché lors de prochains scrutins. Plus...

Une commission rejette l'initiative Rasa

9-Février Comme le National, le Conseil des Etats devrait rejeter l'initiative «Sortons de l'impasse!» (Rasa). Plus...

Le National balaie Rasa et ses contre-projets

Suisse Les parlementaires ne veulent pas du texte qui veut annuler le vote du 9 février 2014 sur l'immigration. Les contre-projets ont également été rejetés. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.