Même les plus sportifs doivent se méfier de la nage en eau libre

NoyadesAprès la disparition, samedi, d’une jeune footballeuse, les milieux de la prévention rappellent les règles contre les accidents.

La plupart des drames ont lieu dans les rivières, les fleuves ou les lacs.

La plupart des drames ont lieu dans les rivières, les fleuves ou les lacs. Image: EPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La disparition de Florijana Ismaili, capitaine de l’équipe de Young Boys, rappelle à quel point l’eau peut constituer un danger, même pour une sportive d’élite. La footballeuse internationale de 24 ans était au lac de Côme (I), samedi après-midi, avec une amie. Elle a plongé depuis un bateau à moteur et n’est pas réapparue à la surface (lire l’encadré). Ce lundi, les recherches étaient restées infructueuses. Selon la police italienne, citée par le «Blick», il est possible qu’elle ait subi un choc thermique. La presse précisait que les secouristes devaient sonder le lac à l’aide d’un robot.

Selon la Société suisse de sauvetage (SSS), il y a eu 37 noyades en 2018 dans notre pays, pour une moyenne annuelle de 44 cas sur les dix dernières années. Dimanche après-midi, un homme est encore mort dans la Sarine, à Fribourg. «Nonante-cinq pour cent des accidents mortels ont lieu en eau libre (ndlr: fleuves, rivières ou lacs)», précise Philipp Binaghi, responsable communication. Nicolas Kessler, porte-parole du Bureau de prévention des accidents (BPA), ajoute que, suivant les courants et les tourbillons, il faut être un excellent nageur pour regagner la rive.

Nouvelle campagne

Statistiquement, le groupe le plus touché est celui des jeunes hommes de 15 à 30 ans. «Ils pensent probablement moins aux risques que d’autres personnes, poursuit Romain Golay, nageur-sauveteur à la SSS et responsable de la communication de la région romande. On les verra par exemple sauter d’un rocher sans bien regarder ce qui se trouve en dessous.» Ce Fribourgeois évoque aussi les virées arrosées en bateau. «Il n’y a pas une personne qui reste sobre pour ramener les autres, comme cela se fait avec la voiture.»

Pour sensibiliser les jeunes, la SSS vient de lancer avec Visana une campagne sur internet (www.saveyourfriends.ch), avec des clips vidéo. On y trouve une série de conseils, comme celui de ne jamais entrer directement dans l’eau après un bain de soleil prolongé. «En cas de choc thermique, les muscles et les vaisseaux sanguins se rétractent, explique Philipp Binaghi. Les conséquences dépendent des prédispositions personnelles. Le nageur peut avoir des crampes ou perdre connaissance.»

La première recommandation est donc d’habituer son corps à l’eau. Parmi les autres conseils, certains concernent notamment les bateaux gonflables. Ceux-ci doivent avoir plusieurs compartiments à air, il ne faut pas partir sans pagaies, emporter une pompe à air, un kit de réparation, de l’eau ainsi que des protections solaires et porter un gilet de sauvetage même en eaux calmes. Précisons qu’un tel gilet est également nécessaire pour le paddle.

La SSS avance d’autres conseils pour éviter les noyades: il ne faut jamais se baigner après avoir consommé de l’alcool ou des drogues et ne pas nager l’estomac chargé ou à jeun; ne pas plonger ou sauter dans des eaux troubles ou inconnues; ne pas utiliser les matelas pneumatiques ou d’autres matériels auxiliaires en eau profonde; ne jamais nager seul sur de longues distances. Le BPA ajoute qu’il faut sortir de l’eau en cas d’orage.

Attention aux enfants!

Une grande attention doit également être portée aux plus petits. La noyade reste la deuxième cause d’accidents mortels chez les enfants. Ceux-ci doivent être accompagnés et les plus jeunes être à portée de main. Dans le cadre du plan d’études 21, la SSS a conçu des supports de cours sur le sujet pour les enseignants. Ce programme a été développé en Suisse alémanique et l’organisation envisage de l’étendre à la Suisse romande et au Tessin.

Romain Golay en appelle également à la responsabilité des parents. «C’est l’un des principaux comportements problématiques, ils restent sur le linge avec leur téléphone portable, constate le sauveteur fribourgeois. Les enfants se baignent alors seuls. Et même dans les piscines, les sauveteurs ne peuvent pas surveiller tout le monde.» Dans les groupes à risque, les étrangers étaient particulièrement représentés dans les statistiques de noyades entre 2014 et 2016. Depuis, les chiffres ont un peu baissé. Philipp Binaghi avance deux raisons à cela: une campagne a été menée auprès de ce groupe, avec des informations en différentes langues, et l’arrivée de nouveaux migrants a diminué en Suisse.

L’expert rappelle encore que, dans l’eau, nous avons tous des réactions différentes. Les conditions peuvent aussi changer d’un jour à l’autre. Par exemple, elles ne seront pas les mêmes s’il y a beaucoup d’eau dans un fleuve ou pas. «Il faut toujours rester attentif. Certaines personnes se baignent à un endroit depuis des années et, pour elles, c’est normal. Or, même dans un tel cas, il peut y avoir un danger.»


Autres conseils
Les sites www.sss.ch et www.saveyourfriends.ch détaillent les comportements à adopter dans plusieurs situations (en plongée libre, en rivière, pour le surf, etc.). Le BPA a également édité une brochure sur le sujet (www.bpa.ch).

Créé: 01.07.2019, 21h39

Même le frère de Florijana Ismaili semble résigné

Plus les heures passent, plus l’espoir de retrouver Florijana Ismaili en vie s’amenuise. Après plus de 48 heures de vaines recherches dans le lac de Côme, il faudrait maintenant un vrai miracle pour que le nom de la footballeuse de 24 ans des Young Boys de Berne ne vienne pas s’ajouter à cette longue liste de bons nageurs qui se noient chaque année.



Lundi après-midi, même l’un des deux frères de Florijana ne semblait d’ailleurs plus trop croire au miracle. «On ne sait toujours rien, avouait-il au «Blick». Nous attendons des informations, mais nous supposons que le corps de Florijana gît au fond du lac de Côme…»

Les recherches ont pourtant commencé très vite après l’alerte donnée par l’amie qui accompagnait Florijana Ismaili, sur le bateau loué pour une promenade sur le lac. Elles ne vont bien entendu pas s’interrompre. Ou alors tout juste le temps de laisser passer les orages prévus lundi soir. Mais, malgré l’aide d’une équipe de spécialistes venus de Milan, l’espoir de retrouver la jeune femme apparaît d’autant moins probable que la profondeur du lac peut atteindre quelque 200 m au large de Musso, l’endroit où elle a plongé, samedi.

Comme on peut l’imaginer, cette disparition provoque un immense émoi dans le petit monde du football. Internationale à 33 reprises, l’attaquante était une coéquipière et une amie très appréciée.

Née à Aarberg, mais d’origine albanaise, Florijana Ismaili a hérité de son père une vraie passion pour le foot. Depuis sa plus tendre enfance, le ballon ne la quittait qu’au moment d’aller se coucher. Ce qui, dans un premier temps, n’était pas vu d’un bon œil par ses parents. Jusqu’à ce que son père ne se rende vraiment compte du talent de sa fille. Des qualités naturelles qui l’ont amenée d’abord en Ligue Nationale A avec Young Boys, un club dont elle est d’ailleurs la capitaine, puis jusqu’en équipe de Suisse, une sélection avec laquelle elle avait disputé la Coupe du monde au Canada, en 2015.
André Boschetti

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les grands partis désemparés
Plus...