Mazout: ceux qui rient et ceux qui pleurent

EnvironnementLe rejet, dimanche, de l'ambitieuse loi bernoise sur l’énergie fait réagir au niveau suisse. Une occasion manquée?

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: KEYSTONE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le texte bernois était ambitieux: il entendait limiter drastiquement le recours au mazout et encourager la production d’énergies renouvelables. Cela devait permettre au canton de Berne d’économiser 50 000 tonnes de CO2 dans les vingt prochaines années. Mais les urnes ont parlé et, à 3000 voix près, le durcissement a été refusé. Si cela réjouit l’Union pétrolière (lire l’encadré), les adversaires du mazout sont dépités.

Stefan Batzli est le directeur d’AEE Suisse, l’organisation faîtière de l’économie des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. Pour lui, la décision bernoise est regrettable. Il estime que le souverain a laissé passer une chance importante. Interview.

Après le refus des Bernois, on vous sent en état d’alerte?

La loi voulait récompenser les propriétaires qui dépendent des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. C’est bon pour le portefeuille du propriétaire et pour le climat. À long terme, les solutions renouvelables sont moins chères que les systèmes de chauffage au mazout conventionnels. Désormais, dans le canton de Berne, nous nous trouvons dans une impasse. Car la décision n’est pas claire. Nous avons besoin de plus d’engagement des autres cantons. Il est sûr que si les Cantons ne décident pas, c’est la Confédération qui doit réglementer. Nous avons besoin d’une législation efficace en matière d’énergie et de climat.

Qui sont les grands perdants et que perdent-ils au juste?

Les propriétaires ont perdu. Les biens immobiliers qui ne reposent pas sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique perdront de la valeur. Ceux qui n’investissent pas aujourd’hui devront payer plus cher à l’avenir.

Est-ce que la Suisse, d’une manière générale, traîne les pieds?

Nous avons dit deux fois OUI en 2017: à la Stratégie énergétique 2050 et à l’accord de Paris sur le climat. Maintenant, nous devons mettre en œuvre ces décisions. Nous allons de l’avant, comme le montrent les décisions des cantons Vaud, de Bâle-Ville, de Bâle-Campagne, d’Obwald et de Lucerne. Mais il faut aller plus vite. Si les Cantons continuent d’hésiter, la Confédération doit réglementer.

Sommes-nous à ce point en état d’urgence qu’il faille déclarer la guerre à nos bonnes vieilles chaudières?

La loi de Berne n’était qu’un petit pas dans la bonne direction. Si nous voulons arrêter la crise climatique, nous devons faire beaucoup plus. Les chauffages au mazout sont le gros problème. À terme, ils doivent être interdits.

Les beaux slogans en faveur de la transition énergétique, la Stratégie 2050 de la Confédération, l’accord de Paris… Tout cela est-il bien réaliste?

Bien sûr. Il n’y a pas d’alternative. La tendance mondiale va dans cette direction. Si la Suisse n’y va pas, elle perdra. Une politique climatique efficace est toujours, aussi, une bonne politique économique. C’est la réalité.

Alors que faire concrètement pour que ça aille plus vite?

Il y aura d’autres votes dans d’autres cantons. Au niveau fédéral, nous nous battrons pour une loi forte sur le CO2. Je suis sûr que nous gagnerons à nouveau. La politique est un peu lente. Mais la révolution énergétique est en marche, que cela nous plaise ou non.

Créé: 11.02.2019, 19h20

Les rois du pétrole sont aux anges

«Le tournant énergétique s’embourbe». C’est ainsi que titre fièrement l’Union pétrolière suisse (UPS) suite au refus des ayants droit bernois de durcir leur nouvelle loi sur l’énergie ce dimanche, qui aurait entraîné des contraintes de rénovation et une quasi-interdiction des installations de chauffage au mazout. Les propriétaires pourront donc continuer, à l’avenir, à choisir en toute conscience leur système.

«La décision des Bernois est une victoire pour le libre choix de son énergie, réagit le responsable de communication, David Suchet. Le fait que les nouveaux bâtiments n’intègrent presque jamais de chaudières à mazout montre combien les interdictions de ce type de chauffage sont superflues.» Et la protection du climat alors? L’Union pétrolière suisse (UPS) se veut rassurante: «Quiconque veut remplacer son chauffage à mazout sera encore en mesure de le faire. Grâce à la combinaison d’énergies renouvelables et d’une chaudière plus récente, les clients peuvent apporter une contribution significative à la consommation de CO2, volontairement et sans contrainte légale.»

Pour l’UPS, la stratégie énergétique devient un tigre de papier. Elle estime que la décision bernoise (et celle de Soleure l’an dernier) devrait faire réagir dans les cantons, en particulier là où des lois similaires sur l’énergie sont en cours d’élaboration (Genève, Valais, Fribourg et Neuchâtel). «Pour que de telles lois puissent être majoritairement acceptées, la liberté de propriété de systèmes de chauffage doit être respectée à tout prix. En outre, il faut absolument renoncer aux interdictions de toute sorte en matière de technologie», conclut le lobby suisse du pétrole.

Articles en relation

«Pour mener une transition écologique, il faut bannir ces chaudières»

Energie Pour Daniel Favrat, professeur honoraire à l’EPFL, les chaudières à mazout ou à gaz sont une aberration. Interview. Plus...

Les Bernois font retomber le soufflé pour le climat

Environnement Un scrutin cantonal faisait figure de test pour le pays. Par 50,6% des voix, les citoyens ont refusé de déclarer la guerre au mazout. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...