Maurer: la «liste grise» est «négligeable»

Union européenneQuarante-sept pays, dont la Suisse, figurent sur une liste de surveillance de l'UE. Le conseiller fédéral s'est exprimé dimanche dans la presse.

Ueli Maurer est revenu dimanche sur le classement de la Suisse par l'Union européenne.

Ueli Maurer est revenu dimanche sur le classement de la Suisse par l'Union européenne. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La «liste grise» des paradis fiscaux de l'UE, sur laquelle la Suisse a été inscrite mardi, est «négligeable» selon Ueli Maurer. Prenant acte de la décision de l'Union européenne, le ministre des finances considère que cette «liste de surveillance» ne change rien.

Dans un entretien avec les journaux alémaniques Zentralschweiz am Sonntag et Ostschweiz am Sonntag, Ueli Maurer estime qu'il n'y a absolument aucune raison pour que Berne figure sur ladite liste. Il n'entrevoit cependant pas d'effets négatifs sur la place financière helvétique.

Pour nombre de sociétés étrangères, la Suisse est l'endroit idéal du fait de sa stabilité, de sa sécurité et de sa fiabilité, souligne le Zurichois. Qui ne voit actuellement aucun signe indiquant que la place financière soit davantage sous pression.

La réaction de Johann Schneider-Ammann est autre: samedi dans l'émission «Samstagsrundschau» de la SRF, le ministre de l'économie s'est dit «irrité» de ce que la Suisse apparaisse sur cette liste. Il estime que l'Union européenne rappelle ainsi à la Confédération ses devoirs suite au rejet de la 3e réforme de l?imposition des entreprises (RIE III), ce qui n'était pas nécessaire.

Listes noire et grise

Bruxelles s'est dotée mardi d'une «liste noire» des paradis fiscaux, tous situés hors des frontières de l'Union européenne (UE). Si la Suisse n'y figure pas, elle intègre toutefois la «liste grise».

La liste noire compte dix-sept pays, a annoncé le ministre français de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire. Y figurent notamment Bahreïn, la Corée du Sud, les Emirats arabes unis, les îles Marshall, la Mongolie, Panama et la Tunisie.

Quarante-sept autres pays dont la fiscalité n'est pas conforme aux règles européennes, mais qui ont promis d'y remédier, se trouvent sur la «liste de surveillance». Outre la Suisse, on retrouve le Maroc et le Cap-Vert. Les pays moins avancés de cette liste ont deux ans pour se mettre en règle. Les autres, dont la Suisse, ont jusqu'à la fin de l'année 2018 pour honorer leurs engagements. (ats/nxp)

Créé: 10.12.2017, 09h29

Articles en relation

Pour Berne, il n'y a pas lieu d'être sur liste grise

Fiscalité En 2014, la Suisse s'est engagée envers l'UE à abolir ses régimes fiscaux non conformes aux règles internationales. Elle n'appartient par conséquent à aucune liste de paradis fiscaux. Plus...

La Suisse sur la liste grise des paradis fiscaux

Union européenne Les 28 ministres des Finances de l'UE se sont mis d'accord à l'unanimité sur le nom des pays «blacklistés». La Suisse figure sur une liste dite de surveillance. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.