«La maman est repartie pour chercher sa petite fille»

Drame de Chamoson (VS)Une lave torrentielle a emporté une fillette et un Genevois. Malgré les importants moyens déployés, tous deux restent introuvables.

La Losentse a retrouvé son calme après s’être déchaînée avec une violence rare lors de l’orage de dimanche soir.

La Losentse a retrouvé son calme après s’être déchaînée avec une violence rare lors de l’orage de dimanche soir. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une silhouette entièrement couverte de boue, figurine de glaise animée et hagarde, à la démarche incertaine. La vidéo ne dure que quelques secondes. Dimanche soir, dans les hauteurs de la commune de Chamoson (VS), Elvira Favre filme la rivière la Losentse juste en bas de chez elle, devenue torrent noir en l’espace de quelques secondes seulement. Un violent orage se déchaîne sur la région, provoquant une lave torrentielle faisant sortir le cours d’eau de son lit. La jeune grand-mère lâche immédiatement son téléphone en apercevant deux personnes surgir de cette langue de terre grise, presque pliées en deux. Le poids de cette gadoue sur les vêtements, sûrement, et sans doute aussi le choc.

Les rescapées sont deux femmes, une habitante de la région et une touriste française venue rendre visite à des amis. Lorsque la vague de la rivière furieuse les a atteintes, les deux femmes se trouvaient à proximité d’une voiture. À l’intérieur, la fille de la touriste, âgée de 6 ans, et un Genevois de 37 ans. Malgré d’intenses recherches, ils sont toujours portés disparus.

En un éclair

Elvira Favre est encore un peu secouée. Tout s’est déroulé avec une rapidité extrême. L’orage, d’une durée d’un peu moins de dix minutes, puis un grondement sourd, immédiatement suivi du débordement puissant de la rivière. La Valaisanne a vu défiler en un battement de cils, poussés par l’eau, la voiture blanche de sa fille, puis un second véhicule. Les deux silhouettes sont apparues peu après en bas de sa maison. «Je les ai accueillies, elles ont pris une douche chez nous, raconte-t-elle. Après, elles ont absolument voulu retourner sur les lieux pour chercher les deux autres avec un bâton. Mais la maman a vu passer la voiture comme moi. Je pense qu’elle ne voulait simplement pas l’accepter.»

Dans la région, on pleure également le Genevois, dont la famille est du coin. Un autre voisin connaît bien les parents. «La mère est venue ici, elle a voulu voir où se trouvait la voiture, l’état du chemin… Ils sont effondrés», raconte ce retraité, ému. Benoît Dorsaz, chef des secours, formule directement ce que ces témoins expriment à demi-mot: «Disons les choses clairement: les chances de survie sont nulles», lâche-t-il devant la presse.

Quelques mètres en contrebas de la maison d’Elvira Favre et de sa famille, la Losentse se jette dans un fossé pour rejoindre une autre rivière. La première voiture, celle heureusement vide, a été retrouvée dans la nuit de dimanche à lundi fracassée un kilomètre plus bas, à proximité du stand de tir de Chamoson. La seconde reste introuvable, malgré la mobilisation d’une septantaine de personnes, d’hélicoptères et de drones. «Il faut comprendre que la coulée s’étend sur des centaines de mètres, avec à certains endroits des couches de boue d’une épaisseur de plus de 10 mètres, explique le lieutenant-colonel de la police valaisanne Alexandre Praz. Ils peuvent être n’importe où.»

Le paysage ravagé témoigne de la violence de la vague. À l’entrée du village de Chamoson, la lave torrentielle a laissé des sillons noirâtres jusque sur la route, plusieurs mètres au-dessus du niveau de l’eau. Au pied, une boue collante et encore spongieuse laissant entrevoir l’impossible lutte contre la masse qui a emporté les deux victimes.

Mesures efficaces

Il y a un an pratiquement jour pour jour, le 8 août 2018, le même incident s’était produit, sans faire de victimes. La lave torrentielle avait alors été décrite comme un événement exceptionnel, survenant une fois tous les cent ans. «Il s’agit là d’évaluations basées sur la mémoire des habitants, rectifie Raphaël Mayoraz, le géologue cantonal. Mais le fait est qu’en Valais pratiquement toutes les communes sont exposées à un risque de lave torrentielle.»

La commune de Chamoson fait donc partie des zones à risque. «Cela signifie que nous évaluons les mesures à prendre en conséquence», ajoute Claude Crittin, le président de Chamoson. L’an passé, la Commune a débloqué 5 millions pour sécuriser la zone. «Nous avions pratiquement terminé les travaux de réparation des dégâts de l’année précédente. D’ailleurs, les aménagements ont très bien fonctionné, il n’y a pratiquement pas de gravats à déblayer. Malheureusement, ceux-ci n’ont pas encore été effectués sur la Losentse.»

Créé: 12.08.2019, 20h23

Message de la police

La police cantonale valaisanne rappelle dans un communiqué qu'il faut impérativement éviter de stationner à proximité d'un cours d'eau en cas d'intempéries annoncées. Il peut y avoir un orage en amont dont l'importance échappe aux personnes qui se trouveraient en aval.

Les forces de l'ordre ajoutent que, sur décision du Canton et afin de garantir la sécurité de tous, les ponts, passerelles et les abords jusqu'à 20 mètres de la Losentse et du St-André sont désormais interdits jusqu'à nouvel avis.

Articles en relation

Un Genevois de 37 ans et une fillette portés disparus

Coulée de boue en Valais Les deux personnes emportées par une coulée de boue dans un véhicule dimanche à la suite d'intempéries en Valais n'ont probablement pas survécu. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Nobel de la paix au Premier Ministre éthiopien
Plus...