La majorité du bio est vendu dans du plastique

Suisse Chez les grands distributeurs, les aliments bio sont en grande partie emballés dans du plastique, au contraire des produits conventionnels.

Les enseignes suisses justifient ce paradoxe afin de protéger les produits et d'éviter le gaspillage alimentaire.

Les enseignes suisses justifient ce paradoxe afin de protéger les produits et d'éviter le gaspillage alimentaire.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les produits biologiques en Suisse ne sont quasiment disponibles que dans des emballages en plastique. Un test montre que 84% des légumes bio sont vendus dans du plastique. Le bilan est - paradoxalement - meilleur pour les produits conventionnels.

Dans dix commerces de Bâle et de Berne, la Fondation alémanique pour les consommateurs a acheté 221 concombres, tomates, carottes, poivrons et pommes, a-t-elle annoncé mercredi. Résultat: 54% des produits, bio ou conventionnels, sont proposés dans du plastique.

Un fait particulièrement agaçant pour les consommateurs soucieux de l'environnement: le taux de plastique est de 44% pour les fruits et légumes cultivés de manière conventionnelle et carrément de 84% pour les produits bio. Migros, Lidl et Denner emballent même tous leurs produits examinés dans du plastique. Chez Coop, 78% sont concernés et chez Aldi 63%.

Pour les produits conventionnels, Coop recourt le moins au plastique (21%), suivi de Migros (47%), Lidl (50%) et Aldi (60%).

La fondation n'a pas rencontré d'alternatives au plastique, comme des filets en cellulose ou du carton à base d'herbe. Et seuls Migros et Coop proposent des sachets à usage multiple. Ces derniers n'apportent toutefois pas grand-chose si les légumes et les fruits sont déjà emballés dans du plastique.

Les commerçants s'expliquent

Migros explique que l'objectif est de doubler la vente de légumes et fruits bio en vrac. Aujourd'hui déjà, de nombreux produits bio sont proposés sans emballage. comme les nectarines, les avocats, les oranges ou les mangues.

Mais la priorité est de protéger les produits et d'éviter le gaspillage alimentaire. Les produits en vrac sont souvent touchés, examinés et remis dans les étalages. Pour cette raison, Migros se voit contrainte d'emballer certains produits.

De plus, il faut atteindre un certain chiffre d'affaires pour les produits en vrac: si un fruit reste trop longtemps dans l'étalage, il y a risque de gaspillage alimentaire. Le grand distributeur examine le recours à du matériel recyclé: ainsi, la plupart des barquettes protégeant les baies et les petits fruits sont déjà constitués de pet recyclé.

Coop s'engage également à proposer où c'est possible des fruits et légumes en vrac ou dans des emballages écologiques. Mais réduire l'utilisation du plastique de façon durable est un long processus, explique l'entreprise. Les alternatives doivent être globalement plus écologiques que les solutions actuelles et ne pas créer encore plus de gaspillage alimentaire à cause de la durabilité plus courte des produits.

«Elastitag»

Coop a adopté l'étiquetage par «Elastitag» pour certains produits, un ruban élastique muni d'une étiquette, qui évite beaucoup de plastique, poursuit l'entreprise. Le film plastique qui servait par exemple d'emballage au fenouil bio a été remplacé par un petit autocollant. Pour les oignons et l'ail bio, les filets en nylon ont fait place à la cellulose et les pommes et poires de la gamme Naturaplan sont vendues dans du papier fabriqué à base d'herbe.

Enfin, Denner explique lui aussi se pencher sur la problématique du plastique. Comme les deux autres grands distributeurs, il justifie le recours au plastique par la nécessité de protéger les produits d'une trop rapide altération et par là d'éviter le gaspillage. (ats/nxp)

Créé: 17.07.2019, 16h21

Articles en relation

Lutte contre le plastique: la Suisse pas au top

Environnement La Suisse produit encore trop de déchets urbains. Les eaux des lacs sont aussi fortement polluées par le plastique. Plus...

Le plastique pollue surtout les sols

Suisse Comme le montre une modélisation, quelque 4400 tonnes de macroplastique se retrouvent au sol chaque année en Suisse. Plus...

Bannir tous les plastiques? Dur, dur...

Environnement En cette journée mondiale sans sac plastique, penchons-nous sur les autres objets en plastique que l’on bannit peu à peu. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.