Le maître batelier Sartorio est parti sur l’autre rive

NécrologieConstructeur naval réputé, le Nyonnais Jean-Paul Sartorio avait restauré La Vaudoise et d’autres vaisseaux du patrimoine du Léman.

Jean-Paul Sartorio était un maître dans la restauration de bateaux anciens.

Jean-Paul Sartorio était un maître dans la restauration de bateaux anciens. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Atteint dans sa santé depuis quelques années, Jean-Paul Sartorio n’aura pas survécu longtemps à la fermeture du chantier naval de Mies, qu’il a tenu durant quarante-cinq ans jusqu’à l’été dernier. Le Nyonnais, connu sur tous les pontons du Léman pour avoir restauré d’historiques bateaux en bois, est décédé le 30 janvier, dans sa 68e année.

Homme du lac, ce petit bonhomme râblé au look de capitaine Haddock avait des doigts d’or. Il venait d’une famille originaire d’Italie, établie à Genève dans la tonnellerie et passionnée par la pêche. Du bois et des eaux, Jean-Paul Sartorio a fait un métier, puisqu’il s’est formé comme constructeur naval auprès du pêcheur nyonnais René Favre, dit «Nénus», avant de se mettre à son compte grâce à une commande de 13 canots neufs.

En 1974, il reprend le fameux chantier naval d’Alexandre Stämpfli, à Mies. En 1980, la Confrérie des Pirates d’Ouchy lui confie la restauration complète de La Vaudoise, la dernière barque à voiles latines construite sur le Léman en 1932. Un boulot de trois ans qui assurera le savoir-faire et la notoriété du jeune maître batelier. Dans sa longue carrière, Jean-Paul Sartorio aura construit 75 bateaux en bois, dont une cinquantaine de canots de loisirs et de pêche, mais aussi des youyous et trois baleinières pour les Sociétés de sauvetage de Nyon, de Saint-Saphorin et de La Tour-de-Peilz, la dernière sortie de son chantier naval.

Celui qui a formé de nombreux apprentis a aussi rénové des trésors du patrimoine lémanique, comme le Phoebus, voilier de régate datant de 1903, le Gilliat, le plus vieux canot à moteur du Léman, ou le Walkyrie, un ancien yacht à vapeur désormais motorisé. Mais il a aussi réparé une jonque et un drakkar qui ont brièvement navigué sur le Léman! Tout ça avec l’appui au long cours de son épouse Christine, qui était, pour tout ce qui touchait à l’administration du chantier naval et aux relations avec les clients, seule maître à bord.

«Jean-Paul a joué un rôle essentiel dans la sauvegarde du patrimoine naval. Pas seulement par ses connaissances en matière de restauration et de techniques anciennes, mais parce qu’il a toujours soutenu les associations qui tentaient de sauver des bateaux. Cordial, il avait un sacré caractère, mais aussi une grand intégrité. On pouvait penser qu’il y avait un capharnaüm dans son hangar à bateaux, mais il recelait des pièces rares d’accastillage qu’il mettait moins de dix minutes à retrouver!» se souvient Carinne Bertola, ex-conservatrice du Musée du Léman. Une institution à laquelle le maître batelier a offert de nombreuses pièces et documents, et même un bateau, le M.S. Mies.

Figure du quartier lacustre de Nyon, Jean-Paul Sartorio portait aussi la casquette et le maillot rayé des Pirates de Rive, dont il a construit le troisième bateau-promenade, la Nyolue II. Il fut également un pilier de la section nyonnaise de la Société internationale de sauvetage du Léman (SISL), qu’il présida durant douze ans.

Créé: 05.02.2020, 19h23

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus est à Genève
Plus...