«Pour lutter contre la pollution, il faut pénaliser les camions sales»

TransportsLe Conseil fédéral annonce un paquet de mesures pour inciter les transporteurs de marchandises à utiliser le rail plutôt que la route.

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a fait avancer de manière significative le dossier des camions polluants.

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a fait avancer de manière significative le dossier des camions polluants. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga appuie sur l’accélérateur dans son nouveau Département des transports, de l’énergie, de l’environnement et de la communication. Cela ne fait pas un an qu’elle est en poste et voilà qu’elle a fait passer mercredi un paquet de mesures au Conseil fédéral pour renforcer le transfert des marchandises de la route au rail.

L’avalanche des camions chargés jusqu’à la gueule est-elle si dramatique? Non, pas vraiment. Si on regarde nos voisins, nous sommes même des champions de l’écologie. Sur les 40 millions de tonnes de marchandises transportées à travers les Alpes, plus de 70% le sont par le rail sur territoire suisse. En France, la proportion est plus qu’inversée. 85% du fret transalpin circule sur des camions.

Il y a cependant une tache sur le complet vert de la Suisse: le nombre de camions. Il a certes diminué de façon spectaculaire en 20 ans, passant de 1,4 million à moins de un million. Mais il ne respecte toujours pas le vote des Suisses, qui avaient approuvé l’initiative pour la protection des régions alpines en 1994. Le texte fixait un plafond maximum de 650'000 camions par année.

«Nous avons fait des efforts méritoires, constate Simonetta Sommaruga. Et le plus remarquable, c’est qu’il n’y a plus de guerre de tranchées sur le sujet. Tout le monde, transporteurs routiers compris, s’accorde à dire que le fret transalpin doit être transporté par le rail. Pour lutter contre la pollution et le bruit, il faut pénaliser les camions sales.»

Taxes à revoir

Le Conseil fédéral estime cependant qu’il faut aller plus loin. Il a donc adopté quatre mesures destinées à renforcer l’attractivité du rail pour le transport des marchandises. D’abord il va abaisser dès janvier 2021 le prix du sillon ferroviaire. Cela représentera pour les entreprises une économie d’environ 90 millions par année. De plus, un rabais spécial sera accordé aux longs trains de marchandises. Ce qui est logique. On pousse ainsi les transporteurs à grouper les commandes, à diminuer le nombre de convois et donc à libérer des créneaux horaires pour d’autres trains.

Ensuite, la Confédération souhaite revoir les taxes sur les camions. Elle a déjà obtenu que les 40 tonnes les plus polluants paient une redevance de 372 francs pour une course de 300 kilomètres. Elle veut maintenant serrer la vis progressivement aux autres camions plus «propres». Elle a constaté en effet que la taxation des poids lourds, du fait de leur modernisation, avait tendance à baisser. Ce qui renforce l’attractivité de la route. Pour fixer de nouveaux tarifs, la Suisse devra trouver une solution avec l’Union européenne.

Troisième mesure: un coup de pouce financier de 90 millions en faveur du trafic combiné. Ce geste devait diminuer avec les années. Le Conseil fédéral propose de ne pas réduire ces indemnités d’exploitation. Là, le parlement fédéral aura le dernier mot. Enfin, un centre du trafic poids lourds sera créé à Giornico, au sud du tunnel du Saint-Gothard. Il servira à intensifier les contrôles des géants de la route. «Les camions dangereux seront retirés de la circulation», commente sans ciller Simonetta Sommaruga.

«Cela change de Doris Leuthard»

Jon Pult, le président de l’Initiative des Alpes fraîchement élu au Conseil national (PS/GR), applaudit ces mesures. «Elles vont dans la bonne direction. On sent le dynamisme de Mme Sommaruga sur cette question. Sa prédécesseure, Doris Leuthard, n’avait pas fait grand-chose depuis le changement de paradigme avec Moritz Leuenberger.» L’homme ne se dit pourtant pas pleinement satisfait. «Il faudrait encore une redevance poids lourds qui prenne en compte les émissions de CO2 des camions, ainsi que des valeurs limites de CO2 ambitieuses pour les poids lourds neufs.»

Créé: 13.11.2019, 20h35

Articles en relation

Berne tape une fois de plus sur l’Aéroport de Zurich

Transport aérien L’Office fédéral de l’aviation civile ordonne au principal aéroport suisse de baisser de 15% ses redevances. Plus...

Des élus rêvent de wagons-lits arrimés à ceux de fret

Mobilité Des politiques suisses et français souhaitent combiner transport de passagers et de marchandises. Les CFF sont sceptiques. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...