Lonely Planet retirera sa mise en garde contre le profilage racial

SuisseLe guide de voyage va supprimer toute mention de délit de faciès dans notre pays. Un choix salué par Suisse Tourisme.

Lonely Planet avertit depuis 2012 que la police suisse a la «réputation de se livrer à des fouilles pas forcément justifiées sur des individus supposés non européens».

Lonely Planet avertit depuis 2012 que la police suisse a la «réputation de se livrer à des fouilles pas forcément justifiées sur des individus supposés non européens». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les touristes de couleur explorant la Suisse ne s’exposent plus à de potentiels contrôles au faciès. C’est la conclusion de l’éditeur Lonely Planet, dont les guides sont une référence pour de nombreux voyageurs de par le monde. La section «sécurité» des prochaines éditions pour la Suisse (dont la parution est prévue en avril 2019) et pour l’Europe va donc être adaptée, informe l’entreprise. Ce paragraphe va passer à la trappe: «La police suisse n’est pas très visible, mais a la réputation de se livrer à des fouilles pas forcément justifiées sur des individus supposés non européens.»

L’été dernier, après la mise en évidence de ce passage par le site du magazine «Vice», Lonely Planet s’était attiré les foudres de la Conférence des directeurs cantonaux de justice et police (CCDJP), qui critiquait une «suspicion générale» sans fondement. Suisse Tourisme avait aussi haussé le ton. Chargée de la promotion de notre pays à l’étranger, cette dernière avait mis en doute le sérieux du travail de l’éditeur, avec qui il collabore pourtant. Accusée de propager une fausse image de la Suisse, l’entreprise s’était défendue: ses conseils reposent sur les «expériences vécues sur le terrain» par ses rédacteurs et celles de «voyageurs et d’habitants qu’ils rencontrent», expliquait dans ce journal un responsable.

Nous n'avons trouvé aucune preuve que la pratique perdurait

Rebecca Law, porte-parole de Lonely Planet

La mise en garde critiquée figure dans les pages du guide pour la Suisse depuis 2012. En 2017, «des cas» de délits de faciès étaient encore portés à la connaissance des auteurs. Dix-huit mois plus tard, le problème aurait disparu à en croire la rédactrice dépêchée sur place pour préparer les mises à jour 2019. Cette dernière n’a trouvé «aucune preuve substantielle suggérant que la pratique du profilage racial perdurait. Nous ne pouvons donc pas garder cette affirmation dans les prochaines éditions», rapporte Rebecca Law, chargée de communication chez Lonely Planet.

Suisse Tourisme applaudit. «Nous ne serions pas surpris si ces remarques devaient être retirées car nous n’avons jamais eu d’écho de la part de nos hôtes du monde entier qui pourrait laisser penser que ces assertions soient une réalité en Suisse», réagit la porte-parole Véronique Kanel. Et de redire son étonnement qu’une affirmation pouvant «porter préjudice» à l’image d’un pays soit formulée sans fondement sérieux, comme des statistiques ou une étude. Pour l’organe promotionnel, qui se fie aux déclarations de la CCDJP, le délit de faciès n’est pas un problème en Suisse.

Des associations de lutte contre les discriminations dénoncent le contraire. Si Lonely Planet semble avoir constaté la fin de cette pratique, ce n’est pas le cas de l’Alliance contre le profilage racial, qui évoque un «problème virulent». Experte en droits humains chez Amnesty International, Muriel Trummer ajoute: «Il existe suffisamment d’indications prouvant que le profilage racial est une réalité en Suisse. Mais les autorités refusent d’en prendre la mesure. Elles attribuent ces comportements discriminatoires à quelques cas particuliers, alors qu’il s’agit d’un problème institutionnel.»

Quelle méthode?

Qu’une mise en garde figurant dans le guide depuis six ans soit supprimée à la suite d’une contestation suscite des interrogations sur l’élaboration des recommandations sécuritaires, une section importante aux yeux de beaucoup d’hôtes. «Lonely Planet est une entreprise expérimentée, elle ne fait pas les choses à la légère. C’est tout à fait curieux qu’elle n’ait pas appuyé les constatations de ses auteurs par les conclusions d’une organisation comme Amnesty par exemple», commente l’auteur Diccon Bewes, qui a travaillé au début de sa carrière comme journaliste voyage ainsi que dans le département des ventes de Lonely Planet.

Interrogé plus en détail sur ses avertissements et les méthodes de ses rédacteurs, l’éditeur s’en tient à ce commentaire officiel: «Dans l’élaboration de la section sécurité, nous réexaminons à chaque fois le guide lors de mises à jour. Nous surveillons les changements culturels et légaux et adaptons le contenu en fonction.»

Si le risque de délit de faciès passe à la trappe dans la prochaine édition, que contiendra la future section sécurité? Les voyageurs n’ont-ils donc plus rien à craindre lors d’un séjour suisse? La réponse de Lonely Planet ne fâchera sûrement personne: «Les vols et agressions sont assez rares. Cependant, attention aux pickpockets qui peuvent sévir dans les foules en ville: gardez un œil sur vos affaires.»

(TDG)

Créé: 07.12.2018, 07h26

Articles en relation

Un guide met en garde contre le délit de faciès en Suisse

Tourisme «Lonely Planet» prévient les voyageurs de couleur du risque de profilage racial. Suisse Tourisme dit sa colère. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...