Les locataires sortent renforcés des élections

PolitiquePas moins de trois nouveaux élus romands sont membres de l’Asloca et le poids de la défense des locataires pourrait encore s’alourdir au Conseil des États.

La nouvelle conseillère aux États Céline Vara (Verts/NE) représentera les intérêts des locataires à Berne.

La nouvelle conseillère aux États Céline Vara (Verts/NE) représentera les intérêts des locataires à Berne. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La vague verte qui s’est abattue sur le parlement a fait des dégâts dans les lobbys. La semaine dernière, la plateforme d’observation de ces groupes d’influence sous la Coupole, Lobbywatch, estimait que l’Union suisse des arts et métiers (USAM), les caisses maladie mais aussi les syndicats avaient perdu de leur influence avec la non-réélection de plusieurs parlementaires qui les représentaient jusqu’ici. Mais un groupe s’en est particulièrement bien sorti: l’Association de défense des locataires (Asloca). Pas moins de trois nouveaux élus, tous romands, issus des comités nationaux ou régionaux de l’association siégeront aux côtés de quatre autres conseillers réélus. Il s’agit de la nouvelle conseillère aux États Céline Vara (Verts/NE) et des élus de la Chambre basse Baptiste Hurni (PS/NE) et Christian Dandrès (PS/GE). La socialiste vaudoise Jessica Jaccoud pourrait encore compléter cette liste si Ada Marra est élue aux États.

À la Chambre haute, où le poids des représentants des locataires était jusqu’ici plutôt faible, la donne pourrait radicalement changer si le président de l’Asloca Carlo Sommaruga (PS/GE) y est élu tout comme le Valaisan Mathias Reynard (PS/VS), lui aussi membre du comité national.

«Le message que nous envoyons, c’est: aujourd’hui, nous sommes de retour», s’enthousiasme Christian Dandrès. «La coordination menée au niveau national par l’Asloca porte ses fruits et nous arrivons aujourd’hui avec non seulement des capacités de défendre la majorité de la population constituée de locataires mais aussi avec des forces de proposition», affirme le Genevois.

Actualité politique chargée

Jusqu’ici souvent esseulé sur la question en Suisse romande, Carlo Sommaruga ne boude pas son plaisir, même s’il reste prudent. «L’enjeu, c’est aussi de pouvoir être représenté dans les différentes commissions pour faire porter cette voix et d’espérer faire basculer le centre en notre faveur sur les multiples attaques contre les locataires.» Car si la thématique est passée un peu inaperçue derrière les préoccupations de l’environnement et de la santé, cette victoire est loin d’être anodine, compte tenu de l’actualité politique à venir.

Le Genevois nomme explicitement les initiatives parlementaires déposées par les libéraux-radicaux valaisans et vaudois Philippe Nantermod et Olivier Feller, respectivement président de l’Union suisse des professionnels de l’immobilier et secrétaire général de la Fédération romande immobilière. Leurs textes – qui ont déjà passé la rampe du Conseil national – visent à assouplir la notion de loyer abusif en raison d’un marché qui se détend.

En somme, hors période de pénurie, le marché suffirait à fixer des prix corrects. Un non-sens pour les défenseurs des locataires qui y voient un passe-droit pur et simple pour fixer des loyers trop élevés. «Le rapport de force évolue, souligne Christian Dandrès. Surtout, les nouveaux élus peuvent compter sur des relais importants dans des cantons clés où la mobilisation a été grande.»

Régions mieux représentées

Avec ce lot de nouveaux élus, les locataires ne sont désormais plus seulement représentés par des parlementaires issus des villes où la crise du logement fait rage. «Le pilonnage mené contre les locataires concerne tout le pays. À juste titre, on s’est focalisé jusqu’ici sur des problèmes qui concernaient surtout Genève et Lausanne. Mais dans de nombreuses autres régions, le sujet est au moins aussi urgent et l’enjeu réside dans l’état de rénovation du logement ou dans un nombre trop abondant d’habitations vacantes aux loyers élevés et une offre trop mince pour les faibles revenus. En ce sens, notre position sort renforcée avec des arguments et des sensibilités différentes même s’il faut rester modestes: les lobbys des propriétaires sont bien plus forts», détaille le Neuchâtelois Baptiste Hurni.

Conjugué à la forte poussée des Verts, ce renforcement de la défense des locataires pourra se manifester dans le débat sur la transition écologique. «Il est par exemple hors de question que le coût des assainissements énergétiques des bâtiments se fasse sur le dos des locataires. Il faudra être attentif», prévient encore le nouvel élu neuchâtelois.

Milieux immobiliers sereins

Autant d’éléments qui ne sont pas de nature à causer de tourments à Olivier Feller. Car le milieu immobilier, à l’exception notable de l’UDC zurichois Hans Egloff, président de l’Association suisse des propriétaires (HEV) qui ne s’est pas représenté au National, ne sort pas affaibli de cette élection: «Le parlement est différent, c’est le jeu démocratique, je ne pars pas inquiet et, de toute façon, les solutions extrêmes d’où qu’elles viennent ne sont pas susceptibles de créer des compromis.»

Les lignes sont cependant clairement tracées et Olivier Feller tient à le souligner. «Les forces sont désormais mieux équilibrées et le lobby – et j’insiste sur ce mot qu’on réserve d’ordinaire aux milieux issus de la droite – des locataires est davantage incarné. Nous serons fréquemment d’accord mais la diversité des interlocuteurs permettra peut-être aussi de trouver des points de convergence.»

Une première franche opposition promet toutefois de faire rapidement surface puisque le peuple votera le 9 février prochain sur l’initiative «Davantage de logements abordables», portée par l’Asloca, et que le précédent parlement avait nettement rejeté.

Créé: 27.10.2019, 18h56

Articles en relation

L’Asloca propose une convention pour les habitants évacués

Immeubles de la Servette Les défenseurs des locataires vont demander aux propriétaires de signer un document pour aider les habitants à se reloger. Plus...

Entre anciens et nouveaux locataires, un abîme

Logement Le loyer dépend fortement de la durée d’occupation d’un logement. Les écarts vont parfois du simple au double. Plus...

Le Tribunal fédéral annule l’initiative des prolocataires

Logement Editorial La Haute Cour invalide le texte porté par l’Asloca. Les partisans de la propriété privée se réjouissent de cette défaite. Plus...

L’Asloca propose une loi pour éviter le copinage

Appartements à vendre Une partie des logements à vendre devrait être attribuée par l’État, estime l'association des locataires. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La Grande-Bretagne plébiscite le Brexit de Johnson
Plus...