Le lobbyisme est toujours plus fort à Berne

SuisseUne étude des unis de Lausanne et de Genève montre qu’entre 2007 et 2015, les liens les plus pertinents ont augmenté de 20%

Toujours plus de parlementaires ont des liens d'intérêts.

Toujours plus de parlementaires ont des liens d'intérêts. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le lobbyisme est toujours plus présent sous la Coupole fédérale. C’est ce que montre une étude menée par des chercheurs des Universités de Lausanne et de Genève, révélée hier par Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung. Les chercheurs se sont basés sur les registres des intérêts déclarés par les parlementaires, entre 1992 et 2005.

Ils se sont concentrés sur les liens pertinents, soit ceux qui correspondent au domaine de la commission dans laquelle siègent les élus. Résultat? Ces liens sont passés de 200 en 1992 à 556 en 2015. Jusqu’en 2004, toutefois, les élus n’étaient tenus de déclarer que les mandats importants. Depuis, ils doivent tous les annoncer. Cela peut expliquer le changement. Mais même entre 2007 et 2015, la hausse des «liens pertinents» atteint pratiquement 20%.

Groupes d’intérêts

Si les mandats auprès d’entreprises restent assez stables, les liens avec des groupes d’intérêts augmentent. Il s’agit notamment d’associations faîtières ou de groupes de travail. Cité par le dominical, André Mach, professeur en sciences politiques à l’Université de Lausanne, relève que pour les lobbies, il s’agit d’avoir un relais dans la bonne commission, là où se joue une partie du travail législatif.

Le Matin Dimanche mentionne le groupe de réflexion santé d’un assureur-maladie, qui verserait quelque 10 000 francs aux élus qui en font partie pour, en général, quatre séances de deux à trois heures, suivies d’un repas. Le Neuchâtelois Raymond Clottu en fait partie. Il ne confirme pas la rémunération articulée et y voit une façon d’obtenir des informations de première main. «Pour moi, cela ne pose aucun problème. A Berne, il y a des lobbyistes à de nombreux niveaux. Mais le système suisse fonctionne car chacun a su garder sa place.»

Raymond Clottu ajoute que d’autres parlementaires pourraient être montrés du doigt, comme les paysans qui touchent des subventions ou les enseignants. «On cherche un peu la petite bête. Je ne suis pas devenu riche en faisant de la politique. On ne s’engage pas pour faire de l’argent!»

Isabelle Moret (PLR/VD) a fait un autre choix. «Ces groupes d’intérêts m’intéressent car ils permettent des échanges sur des dossiers techniques. Il est utile d’obtenir des informations d’experts qui ne sont pas ceux de la Confédération. J’ai donc décidé d’y participer, mais j’ai refusé d’être payée dans ces cas-là. Cette rémunération me dérangeait.»

Ce problème, note le conseiller aux Etats Didier Berberat (PS/NE), est inhérent au Parlement de milice. «Cela peut être utile d’être informé, mais il ne faut pas être sous influence.» Il regrette surtout l’opacité du système. «Nous devons signaler nos intérêts mais rien n’est dit sur le montant de la rémunération. Toutes les demandes qui ont été faites en ce sens ont été refusées au Parlement. Si une entreprise nous verse 100 000 francs par année, on va voter dans son intérêt.»

Gauche contre droite

Un élu du camp bourgeois estime que cette question est «un tabou» à droite. Le problème? «Le montant d’une rémunération fait partie de votre vie privée», plaide Isabelle Moret (PLR/VD). Dans ce dossier, la gauche exige la transparence alors que la droite brandit la protection de la sphère privée. En 2012, Isabelle Moret avait proposé une solution intermédiaire: que les députés disent, en plus de leurs activités, lesquelles sont rémunérées et lesquelles sont bénévoles, avec une limite qui aurait par exemple pu être fixée à une rémunération de 1000 ou 2000 francs par an. Le Conseil national n’a pas donné suite à cette initiative parlementaire.

(TDG)

Créé: 14.05.2017, 21h35

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Scrutin annulé: Pagani vilipendé
Plus...