Une liste noire de mauvais payeurs fâche à Lucerne

Assurance maladieMédecins, hôpitaux et caisses épinglent ceux qui ne paient pas leurs primes d'assurance maladie. La pratique est dénoncée de toutes parts.

Le ministre lucernois de la Santé Guido Graf défend sa liste, malgré les critiqus.

Le ministre lucernois de la Santé Guido Graf défend sa liste, malgré les critiqus. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les patients lucernois qui ne paient leurs primes d'assurance maladie ou leurs factures d'hôpital et de médecin sont dans le collimateur des caisses et du canton depuis 3 ans. Ils reçoivent d'abord un rappel à l'ordre de leur assureur. Et s'ils n'obtempèrent pas, ils sont au final placés sur une liste noire.

La caisse informe ensuite tous les prestataires de santé du canton qui leur bloqueront alors soins et traitements, sauf en cas d'urgence. Mais cette pratique ne fait pas l'unanimité, révèle la Luzerner Zeitung lundi.

Pour la faitière des assureurs maladie Santésuisse, ce système ne présente que peu d'avantages. L'hôpital cantonal lucernois estime lui qu'il s'agit de beaucoup d'efforts pour pas grand-chose. Et l'affaire prend désormais une tournure politique, puisque les députés verts ont demandé au Parlement, via une motion, d'abolir cette pratique. Pour eux, son coût est trop élevé et ne rapporte pas assez. En outre, la liste noire pose un conflit éthique à plusieurs médecins quand ils doivent soigner des patients mauvais payeurs. Doivent-ils les renvoyer à la maison sans soins?

Pas de problème pour le canton

Pour sa part, le directeur de la Santé lucernoise Guido Graf (PDC), défend la liste noire. Selon lui, la loi garantit que les caisses remboursent à tout moment les soins prodigués en cas d'urgence. Mais il ne voit aucun problème à ce que les patients paient eux mêmes leur traitement s'ils veulent prétendre à d'autres soins. Et le conseiller d'Etat est très clair: si par exemple, un mauvais payeur diabétique prend de l'insuline, rien n'oblige les assureurs à lui payer son médicament. Mais si son cas s'aggrave et qu'il finit aux urgences, il sera alors pris en charge.

Guido Graf estime en outre que la pratique n'entraîne pas de coûts plus élevés. Au contraire, selon lui, depuis son introduction, 16'000 personnes ont réglé leurs dettes et ont ainsi disparu de la liste noire. Elle aurait en outre un caractère préventif non négligeable, les poursuites liées à l'assurance maladie et aux soins étant très faible.

Mais en 2014, les assureurs ont récupéré à peine 15'000 francs sur plus de 6 millions de primes et soins non payés. Alors que la liste coûte au canton300'000 francs par an. Mais encore une fois le politicien se défend, en arguant que 85% de cette somme est consacrée aux frais administratifs liés aux paiements et aux rappels.

Créé: 26.10.2015, 11h01

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...