Les deux camps misent sur le crowdfunding

No BillagPartisans et adversaires misent sur le financement participatif pour l'initiative qui exige la suppression de la redevance radio-TV.

L'initiative No Billag sera soumise au peuple le 4 mars 2018.

L'initiative No Billag sera soumise au peuple le 4 mars 2018. Image: archive/photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Partisans et adversaires de l'initiative No Billag misent sur le financement participatif pour alimenter leur trésor de guerre. Mais c'est en recourant à des moyens conventionnels que l'association alémanique «Nein zum Sendeschluss» remporte la palme.

Les initiants ont tout juste dépassé la barre des 100'000 francs qu'ils s'étaient fixée. En un mois, ils ont récolté 104'012 francs auprès de 914 donateurs, selon un communiqué publié mercredi sur leur site Internet. Entre-temps, le comité s'est donné pour nouvel objectif d'atteindre les 160'000 francs.

Début novembre, les partisans de l'initiative No Billag ont mis sur pied leur propre plateforme, après que leur campagne sur le site de financement participatif wemakeit a été bloquée. Les exploitants de ce dernier avaient en effet jugé «politiquement dangereuse» l'«orientation extrême» du texte.

2 millions nécessaires

De son côté, Opération Libero, qui combat l'initiative, a déjà presque dépassé l'objectif affiché par les initiants. Mercredi après-midi, après un jour de récolte de fonds, l'organisation, formée de jeunes issus de divers courants politiques aussi bien de droite que de gauche, avait récolté 153'497 francs.

Elle espère récolter 284'981.59 francs d'ici fin décembre. Il s'agit du montant exact qui avait été nécessaire pour combattre avec succès l'initiative de mise en oeuvre.

L'association alémanique «Nein zum Sendeschluss» (non à la fin des émissions) qui s'engage contre l'initiative n'est pas passée par le financement participatif. C'est pourtant elle qui a recueilli le plus de dons avec 520'000 francs au 4 décembre. Mais l'expérience montre qu'un montant de 2 millions est nécessaire pour mener une campagne de votation «vigoureuse», indique l'association sur son site.

L'initiative No Billag exige la suppression de la redevance radio-TV. Elle sera soumise au peuple le 4 mars 2018. (ats/nxp)

Créé: 06.12.2017, 19h21

Articles en relation

«Operation Libero» lancée contre «No Billag»

Redevance radio-TV L'organisation formée de jeunes radicaux a lancé une campagne et une recherche de dons. Pour elle, l'initiative est une attaque contre la démocratie. Plus...

Une majorité de Suisses favorables à «No Billag»

Redevance Près de 6 Suisses sur 10 disent vouloir voter pour la suppression de la redevance radio-TV en mars. Plus...

«No Billag» est une «gifle cinglante», selon le PEV

Assemblée de parti Le Parti évangélique suisse (PEV) a donné samedi ses mots d'ordre pour les votations du 4 mars, balayant le texte en faveur de la suppression de la redevance. Plus...

Que paie-t-on ailleurs pour la redevance?

Radio-TV En Suisse, chaque ménage doit s’acquitter de la taxe Billag de 451 francs. C’est plus que dans la plupart des pays européens. Tour d'horizon. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.