Le retour en catimini de l’amiante choque

ConstructionUn changement de loi permettra, sous condition, de réutiliser le matériau toxique en Suisse dès le 1er juin. Vives réactions.

Une opération de désamiantage dans une propriété privée. Ce produit pourra à nouveau être utilisé en Suisse dès le 1er juin.

Une opération de désamiantage dans une propriété privée. Ce produit pourra à nouveau être utilisé en Suisse dès le 1er juin. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ariane Vallotton est choquée. «J’ai déjà vu trop de gens mourir à cause de l’amiante. Il y a d’autres choses à faire que de la réintroduire sur le territoire suisse. C’est scandaleux.» La Lausannoise est présidente du Comité d’aide et d’orientation des victimes de l’amiante et elle n’en revient pas. En cause, une modification de l’ordonnance sur la réduction des risques liés aux produits chimiques (ORRChim) qui entrera en vigueur ce samedi 1er juin.

Elle permettra d’utiliser de l’amiante ou des matériaux en contenant pour des travaux de réparation ou de restauration sur des ouvrages existants si, pour des raisons d’ordre visuel, il n’est pas envisageable d’employer du matériel de substitution sans amiante. En clair, on l’autorise pour des questions esthétiques.

Un pas en arrière

L’utilisation de l’amiante est interdite en Suisse depuis 1990. Jusqu’ici, de très rares exceptions étaient accordées – uniquement lorsque l’utilisation de l’amiante constituait un impératif technique. En parallèle, on ne compte plus les combats pour indemniser les victimes de cancers provoqués par l’exposition à la poussière d’amiante.

Pas plus tard que la semaine dernière, l’entrepreneur suisse Stephan Schmidheiny, ancien CEO d’Eternit, était condamné en Italie à 4 ans de prison pour homicide involontaire. L’affaire portant sur le décès de deux employés de l’entreprise. Il a fait appel. En Suisse, 2173 décès sont directement causés par des cancers aux poumons liés à l’amiante. Et de nouveaux cas de maladie sont déclarés chaque année, 357 pour la seule année 2016. Dans ce contexte, la décision passe très mal.

La Ligue suisse contre le cancer s’y était d’ailleurs fermement opposée lors de la consultation, tout comme l’Institut suisse de santé au travail qui évoque «un pas en arrière», ce d’autant que la notion d’esthétique est un critère subjectif. Treize cantons se sont déclarés favorables. En Suisse romande, seuls Vaud et Genève ont émis de sérieuses réserves.

D’où vient cette idée? C’est à l’initiative de l’Association suisse de la pierre naturelle que l’Office fédéral de l’environnement, conjointement avec celui de la santé publique, ont accepté d’autoriser cette modification. Elle sera soumise à de strictes dérogations et ne devrait pas concerner plus d’une dizaine de cas par an.

«C'est une approche pragmatique, contrôlée et strictement réglementée qui permet d’éviter de remplacer toute une structure si seule une pièce est abîmée»

Chef de la commission technique de cette association, le géologue Philippe Rück nous explique qu’il ne s’agit pas de réintroduire l’amiante, mais d’utiliser exceptionnellement une pierre qui en contient: la serpentinite. Cette pierre, aux reflets verts, «est fréquemment utilisée dans les décorations, monuments et œuvres d’art et est unique du point de vue de sa structure et de sa couleur. Son remplacement par une autre pierre n’est donc pas satisfaisant», ajoute le géologue. Son exemple le plus célèbre est celui de la Tribune de l’ONU à New York, devant laquelle défilent les chefs d’État.

Son utilisation ne présente pas de danger en cas d’utilisation normale, mais uniquement si elle est percée, poncée ou sciée. En cas d’autorisation, les prescriptions de la Suva s’appliquent. Le principal assureur accident du pays sera d’ailleurs contacté à chaque dérogation délivrée.

Alors que la Suva a reconnu plus de 4800 cas de pathologies liées à l’amiante depuis 1939 et versé plus de 1,1 milliard de prestations, elle a soutenu la modification de l’ordonnance. Son porte-parole, Jean-Luc Alt, évoque «une approche pragmatique, contrôlée et strictement réglementée qui permet d’éviter de remplacer toute une structure si seule une pièce est abîmée». Et de rappeler que des travaux de désamiantage sont encore fréquents et strictement réglementés. Il ne remet pas en cause l’interdiction globale de l’amiante.

«La boîte de Pandore»

L’explication promet pourtant d’avoir du mal à convaincre. D’abord, l’ordonnance ne précise pas que cela se limiterait à la serpentinite. Entrepreneur établi à Onnens, Jorgen Hempel a longtemps travaillé avec l’amiante et a dirigé une importante entreprise de déflocage en Italie. Il s’insurge: «On peut tout à fait utiliser d’autres moyens en mêlant du sable, de la chaux et des minéraux. Rien ne justifie cela.»

Pour des motifs esthétiques, le jeu en vaut-il vraiment la chandelle? Ariane Vallotton est convaincue que non. «Je ne comprends même pas comment on puisse l’imaginer. C’est exclu.» Le texte va pourtant bel et bien entrer en vigueur. Jorgen Hempel acquiesce et se montre inquiet: «On ouvre la boîte de Pandore.»

Créé: 30.05.2019, 20h54

Articles en relation

«La tragédie de l’amiante est encore terriblement actuelle»

Santé Editorial Créé en 2017, le fonds d’indemnisation des victimes n’est pas assez sollicité. La fondation lance un appel. Plus...

L’amiante plane sur la réfection du Cycle du Foron

Pollution Malgré des mesures d’assainissement en 2008, de l’amiante dormant est encore présent. Le chantier sera mené sous haute surveillance. Plus...

Des trams contiennent un joint en amiante

Transports Les analyses n’ont pas révélé de toxicité dans l’air. Les véhicules concernés, datant des années 80, seront tous assainis. Plus...

Un étage de l’UNIGE bloqué par de l’amiante

Genève Des travaux dans un bâtiment universitaire ont provoqué une dispersion de poussière amiantée. Le premier étage a été bouclé pendant cinq jours. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...