Le Conseil des Etats refuse de couper dans la culture

BudgetDeux demandes voulant réduire le budget culturel ont été rejetés par le Conseil des Etats.

Le Musée national suisse à Zurich présente la culture et l'histoire du pays.

Le Musée national suisse à Zurich présente la culture et l'histoire du pays. Image: Archive/Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Conseil des Etats a rejeté le jeudi 12 mars deux demandes de renvoi en commission émanant des rangs de l'UDC. L'une voulait réduire le budget culturel, l'autre supprimer toute politique culturelle nationale.

«Un pays riche comme la Suisse peut se montrer généreux envers la culture, même si ce projet flirte avec les limites. On sait que les finances fédérales sont dans le rouge, mais ce n'est pas encore nécessaire de couper maintenant», a relevé Werner Luginbühl (PBD/BE).

«Il est important de soutenir la culture, essentielle à la cohésion nationale. La société a besoin des artistes pour exprimer l'appartenance à une même communauté», a ajouté Géraldine Savary (PS/VD), au nom de la commission.

Le budget annuel devrait ainsi augmenter en moyenne de 3,4% par an par rapport à la période 2012-2015. L'enveloppe de 1,12 milliard est destinée à l'ensemble des domaines couverts par l'Office fédéral de la culture, Pro Helvetia et le Musée national suisse. Le cinéma se taille la part du lion, avec 253,9 millions. Pro Helvetia suit avec 210,9 millions pour cinq ans.

L'art, l'argent et la hache

Une minorité issue des rangs de l'UDC, soutenue par quelques libéraux-radicaux, a dénoncé en vain une politique dispendieuse. «Distribuer de l'argent n'est pas un art, mais c'est visiblement devenu une culture», a ironisé Thomas Minder (Indépendant/SH). L'augmentation «massive» du budget «dépasse celle de la croissance économique. C'est une politique risquée», a critiqué Hannes German (UDC/SH).

Certains investissements, notamment en faveur des transferts de biens ou du Musée national suisse, sont inutilement importants. Sa proposition de renvoi en commission afin d'amputer de 65,1 millions l'enveloppe de 1,12 milliard a toutefois fait chou blanc. Les sénateurs l'ont rejetée par 35 voix contre 9. «Cela aurait été un véritable coup de hache», a commenté Géraldine Savary.

Economie artistique

Des potentiels d'économie, Peter Föhn (UDC/SZ) en a vu à foison aussi. Pour lui, surtout, la culture doit rester cantonale. Mais sa proposition n'a pas eu plus de succès. Le Conseil des Etats n'a pas voulu réviser le projet du Conseil fédéral à la baisse en biffant son ambition nationale.

«Il y a une profonde méconnaissance de l'importance économique de la culture. Le nombre d'emplois concerné est pratiquement équivalant à celui de la place financière. De plus, dans le secteur touristique par exemple, l'offre culturelle contribue de manière importante à attirer des touristes amateurs d'art», a remarqué Luc Recordon (Verts/VD).

«La culture représente 3% du produit intérieur brut. Il est faux d'opposer l'économie à la partie économique de la culture. Il faut plutôt les tirer ensemble vers le haut», a ajouté le conseiller fédéral Alain Berset. Le débat se poursuit. (ats/nxp)

Créé: 12.03.2015, 11h42

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.