La Coupe du monde de football verra Philippe Leuba

RussieLe ministre vaudois a le privilège d’être invité en Russie par la FIFA.

Le conseiller d'Etat Philippe Leuba

Le conseiller d'Etat Philippe Leuba

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Conseil d’État ne loupe jamais une occasion d’envoyer quelques-uns de ses membres aux Olympiades. Alors, à l’occasion de la Coupe du monde de football, le gouvernement allait-il résister à un déplacement chez Vladimir Poutine? «Philippe Leuba sera en Russie du 10 au 11 juillet, soit après la dernière séance du Conseil d’État», indique le chancelier, Vincent Grandjean.

Ce sont les dates des demi-finales, qui se joueront à Saint-Pétersbourg et à Moscou. Notre ministre a été invité par le président de la Fédération internationale de football (FIFA), selon la chancellerie. «M. Leuba y va en tant que conseiller d’État chargé du sport d’un canton qui héberge 57 fédérations internationales sportives, dont l’Union européenne de football (UEFA), explique Vincent Grandjean. Par ailleurs, une rencontre avec M. Infantino est prévue, ainsi qu’avec d’autres dirigeants sportifs, notamment de l’UEFA.»

Précisément, l’UEFA a son siège au bord du lac, à Nyon. Mais le syndic n’a pas eu droit à la même attention. «Il n’y aura pas de délégation nyonnaise en Russie, déclare Daniel Rossellat. Et il n’y a aucune raison que l’UEFA nous invite pour une compétition organisée par la FIFA.» Le patron du Paléo ira tout de même voir le match Brésil-Suisse dimanche, mais à titre privé. La FIFA a, elle, installé son siège à Zurich, juste à côté du zoo. Le canton alémanique envoie-t-il des représentants en Russie afin de rencontrer des dirigeants sportifs? «Il n’y a pas de délégation du gouvernement à la Coupe du monde», répond sobrement la chancellerie zurichoise. Nos voisins de la Genève internationale, sont-ils, eux, du voyage? Les élus genevois n’ont pas la réputation de cracher sur une invitation à l’étranger. Les tribulations émiraties de Pierre Maudet sont encore venues nous le rappeler. Mais apparemment les dirigeants sportifs préfèrent convier des Vaudois plutôt que des Genevois. «Le Conseil d’État n’a pas été invité à se rendre à la Coupe du monde», indique la chancellerie genevoise. Pourtant, le canton du bout du lac abrite aussi le siège de quelques fédérations internationales, comme celle du sport automobile (FIA).

Maintenant que l’on sait qui voyage vient la question de savoir qui paie. L’État prend à sa charge 749 fr. 30, soit le prix du vol de Philippe Leuba «en classe économique». Billet de match et nuit d’hôtel sont offerts par la FIFA. «Le coût de ces deux prestations ne nous a pas été communiqué et ne nous est pas connu», note Vincent Grandjean. Ces faveurs peuvent poser un problème. Soit le Conseil d’État estime qu’il doit d’être représenté en Russie et M. Leuba effectue ce déplacement dans le cadre de son mandat public. Il revient alors à l’État de Vaud de prendre l’entier des frais à sa charge. Soit le ministre, ancien arbitre international, voyage à titre privé, après la dernière séance du Conseil d’État, et il paie ses vacances. Comme le chef du Département de l’économie se voit offrir la place au stade et l’hôtel, cela pourrait s’apparenter à un cadeau de la FIFA.

Une organisation par ailleurs régulièrement secouée par des scandales de corruption. Le Canton a une directive qui édicte les règles en matière de cadeaux et d’invitations. Elle stipule qu’il «est interdit aux collaborateurs de se faire accorder ou promettre de tiers, directement ou indirectement, des avantages en relation avec leur activité».

Pour le chancelier, «on se trouve clairement en dehors des notions de cadeaux et d’avantages». Il donne son interprétation: «Les organisations sportives internationales établies en Suisse entretiennent avec les autorités, en particulier avec celles du Canton de Vaud, des relations suivies et approfondies, pose Vincent Grandjean. De ce partenariat officiel découle depuis des années la pratique des invitations à des événements qui sont l’occasion de rencontres et d’échanges.» Comme c’est le cas pour d’autres partenaires de ces organisations, les invitations comprennent l’hébergement et l’accès à la manifestation sportive. «Un tel usage n’engendre strictement aucun devoir de contrepartie, quel qu’il soit, avance le chancelier. Personne ne saurait l’envisager, ni d’un côté ni de l’autre.»

Créé: 15.06.2018, 21h12

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.