L'hôtellerie a renoué avec la croissance cet été

SuisseLe nombre de nuitées a augmenté entre les mois de mai à octobre, cette année. Les Indiens ont particulièrement visité la Suisse.

Une vue de Genève. (Photo d'illustration)

Une vue de Genève. (Photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'hôtellerie suisse a renoué avec la croissance lors de la saison d'été 2017, après trois années de stagnation. Le nombre de nuitées a augmenté de 5,9% sur un an, à 21,3 millions, grâce à une progression soutenue de la clientèle étrangère.

Les clients allogènes ont généré 12,1 millions de nuitées ( 7,3%), a indiqué mardi l'Office fédéral de la statistique (OFS). Le moteur de la croissance est venu des Asiatiques, qui ont amené à eux seuls 398'000 des 823'000 nuitées supplémentaires (pour un total de 3,6 millions, 12,5%) relevées entre mai et fin octobre.

Dans le détail, les Indiens ont particulièrement visité la Suisse, avec 127'000 nuitées en plus en comparaison annuelle ( 27,1%). Derrière, on trouve les Chinois (sans Hong Kong, 11,8% ou 90'000 nuitées) et les Sud-Coréens ( 34,9% ou 79'000).

Les touristes américains ont apporté un peu plus de 1,8 million de nuitées, soit une augmentation de 13,5% ( 216'000). Les citoyens des Etats-Unis ont fourni à eux seuls pas moins de 154'000 nuitées en plus ( 12,7%), soit la plus forte poussée en valeur absolue.

Timide retour des Allemands

Parmi la clientèle européenne ( 3% à 6,3 millions de nuitées au total), il apparaît que les Allemands, en recul ces dernières années, opèrent un timide retour ( 1,7% ou 33'000 nuitées). Les Belges, les Espagnols, les Français, les Autrichiens et les Russes sont également venus en plus grand nombre visiter la Suisse.

A l'autre bout du classement, les visiteurs provenant du golfe Persique ont quelque peu boudé la Suisse, avec 43'000 nuitées en moins (-5,8%). Ce recul est d'ailleurs le plus fort de tous les pays de provenance, relèvent les experts de l'OFS.

Quant à la demande indigène, elle affiche une augmentation de 4%, pour totaliser 9,2 millions de nuitées. Une évolution qui confirme que la clientèle helvétique n'a jamais tourné le dos aux vacances en Suisse, dans un environnement marqué par le franc fort, pourtant favorable aux séjours dans la zone euro.

Globalement, les hausses les plus fortes de l'été sont survenues en juin ( 9,5%), en octobre ( 7,6%) et en juillet ( 5,3%), précise le communiqué. Les mois les plus fréquentés ont été ceux de juin et de septembre, avec respectivement plus de 3,4 millions de nuitées et près de 3,6 millions.

Forte croissance en Valais

En considérant les régions touristiques, la plus forte hausse du semestre d'été revient à Bâle ( 9,6% à près de 905'000 nuitées). En Suisse romande, le Valais présente un taux de croissance de 7,9%, à 1,88 million de nuitées, largement au-dessus de la moyenne nationale.

A Genève, le nombre de nuitées a progressé de 4,1% à 1,68 million. La région lémanique (Vaud) affiche une hausse de 4,8% à 1,68 million de nuitées également. Derrière, la région du Jura et des Trois-Lacs est en retrait ( 0,3% à un peu plus de 455'000 nuitées) et Fribourg en légère augmentation ( 0,6% à 273'000).

Sur le plan suisse, la région zurichoise reste la plus fréquentée en valeur absolue ( 7% à près de 3,5 millions de nuitées). Celle de Berne, avec l'Oberland bernois, présente une avancée de 8,4% (à 3,1 millions), celle de Lucerne et du lac des Quatre-Cantons de 3,7% (à 2,3 millions), et les Grisons de 5,9% (à 2,2 millions). (ats/nxp)

Créé: 05.12.2017, 11h12

Articles en relation

La para-hôtellerie optimiste pour l'hiver

Suisse Les réservations actuelles ont augmenté par rapport à l'année précédente et les séjours de courte durée gagnent en popularité. Plus...

Américains et Chinois boostent l'hôtellerie

Suisse Grâce à sa clientèle étrangère, la Suisse a été davantage prisée depuis le début de l'année 2017. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.