Passer au contenu principal

Canton de NeuchâtelLe journaliste est acquitté mais le Parquet fait appel

La couverture médiatique par «20 minutes» d'un drame familial survenu aux Verrières avait été controversée. Le Tribunal de police avait néanmoins donné raison au journaliste.

Le Tribunal du Littoral et du Val-de-Travers à Boudry (NE).
Le Tribunal du Littoral et du Val-de-Travers à Boudry (NE).
Keystone

Le journaliste de 20 Minutes acquitté le 17 décembre par le Tribunal de police du Littoral et du Val-de-Travers de l'accusation d'insoumission à une décision de l'autorité n'en a pas fini avec la justice neuchâteloise. Le Ministère public a annoncé ce lundi faire appel du jugement. La fédération suisse des journalistes Impressum y voit un «acharnement judiciaire».

Lors de l'audience de mars du Tribunal criminel du Littoral et du Val-de-Travers à Boudry, la présidente de la Cour avait ordonné un huis clos partiel et demandé aux médias de ne pas dévoiler un élément de contexte familial pour protéger une victime. Le journaliste de 20 Minutes avait outrepassé cette injonction. Il estimait qu'il était pertinent de dévoiler cet aspect, qui a pesé au final sur le verdict de 20 ans de prison ferme et la qualification d'assassinat.

Jugé pour insoumission à une décision de l'autorité, le journaliste a été acquitté le 17 décembre. Le Tribunal de police a estimé que l'injonction du Tribunal criminel était «une ingérence dans le contenu, qui ne reposait sur aucune base légale».

Contrairement à ce qui a été jugé, le Ministère public est d'avis «qu'il existe une base légale suffisante pour privilégier, dans des circonstances exceptionnelles, la protection de la personnalité de ceux qui sont concernés par une affaire judiciaire, par rapport à la liberté de presse», a-t-il indiqué dans un communiqué. Selon le parquet général, «ce n'est pas trop demander de faire preuve du minimum de discrétion attendu (..) dans un drame épouvantable».

Atteinte à la liberté de presse

De son côté, l'association professionnelle de défense des journalistes Impressum estime qu'avec le recours du procureur général, «l'acharnement judiciaire continue». «Le choix anti-démocratique opéré par le Ministère public porte atteinte à la liberté constitutionnelle de la presse», a précisé l'organisation dans un communiqué.

Impressum considère que le journaliste de 20 Minutes n'a manqué à aucune de ses obligations, telles qu'elles découlent de la Déclaration des devoirs et des droits des journalistes. L'association apporte «son soutien plein et entier» au journaliste dans cette procédure.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.