Joseph Deiss plaide pour l'adhésion à l'UE

SuisseL'ancien conseiller fédéral estime que la Suisse gagnerait en souveraineté si elle adhérait à l'Union européenne.

Joseph Deiss

Joseph Deiss Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«L'adhésion à l'UE serait un gain de souveraineté» pour la Suisse, estime l'ancien conseiller fédéral Joseph Deiss. Il a réitéré mardi son soutien à cette option dans une interview aux journaux de CH Media.

«A Bruxelles, des décisions sont constamment prises qui affectent la Suisse qu'on le veuille ou non. Nous ne pouvons les influencer que si nous sommes impliqués et avons notre mot à dire», relève l'ex-politicien de 73 ans.

Le Fribourgeois est convaincu que même en cas d'adhésion la Suisse pourra continuer à prendre des décisions de façon souveraine. Il ne s'est en revanche pas prononcé sur les discussions en cours sur l'accord-cadre avec l'Union européenne.

Par ailleurs, la Suisse est restée constamment à la traîne dans l'établissement de ses relations avec l'UE qui est de loin son partenaire le plus important, estime celui qui a été ministre des affaires étrangères entre 1999 et 2002 puis ministre de l'économie jusqu'à son départ du gouvernement en 2006.

L'ancien élu PDC a mis en garde contre le fait de faire de l'adhésion un tabou. «Quand un pays transforme ses défis vitaux en tabous politiques, la stagnation est garantie», avertit-il. Au vu de la rivalité croissante avec d'autres continents, la coopération revêt une «importance existentielle».

Adhésion pas d'actualité

Durant son mandat, M. Deiss était déjà considéré comme un fervent partisan de l'adhésion à l'UE. Pour le Conseil fédéral actuel, la question n'est pas d'actualité et ne devrait pas l'être de si tôt. Début juillet, un groupe de travail du ministre des affaires étrangères Ignazio Cassis est arrivé à la conclusion que même dans dix ans l'adhésion ne fera pas l'objet d'un débat.

Pour ses futures relations avec l'UE, la Suisse a négocié un accord-cadre. Une proposition d'accord est sur la table depuis l'année passée mais n'a pas encore été signée. Le parlement suisse demande plus de temps et des précisions, en particulier en ce qui concerne la protection des salaires, les aides d'Etat et la directive sur la citoyenneté européenne.

La commission européenne a exclu toute renégociation et augmenté sa pression sur la Suisse en ne prolongeant pas l'équivalence boursière qui lui était accordée. (ats/nxp)

Créé: 09.07.2019, 05h19

Articles en relation

Après une année noire, Deiss quitte Kudelski

Technologie L'ex-conseiller fédéral Joseph Deiss quitte le groupe technologique vaudois, le jour de l'annonce de résultats 2017 très décevants. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Elections: le PLR impute sa défaite à Maudet
Plus...